SlateAfrique

mis à jour le

Les parlementaires ghanéens vont toucher le jackpot

L’appétit vient en mangeant. Au Ghana, le Parlement examine actuellement une proposition de loi visant à augmenter les salaires des parlementaires de plus de 300%. Ceux-ci passeraient de 3.000 à 8.000 Ghana Cedis (de 1.400 à 3.752 euros).

Les parlementaires ghanéens sont persuadés du bien-fondé de cette augmentation. Parmi les bonnes raisons invoquées par les élus du peuple, on retrouve notamment le besoin de répondre aux demandes d’aide financière émanant de leurs électeurs. Une conception originale de la démocratie et un bel exemple de clientélisme institutionnalisé.

Les députés demandent également à ce que leurs salaires soient réévalués en fonction de ceux pratiqués dans les entreprises publiques et dans l’industrie.

La proposition de loi a de quoi choquer: pour le Comité d’action conjointe (CJA), très actif au Ghana, le projet de loi montre bien que «les hommes politiques qui dirigent le pays échouent dans leur responsabilité de mettre en place des politiques et des programmes qui permettent de créer des opportunités d’emplois pour les habitants de ce pays».

Indigné qu’une telle mesure ait pu être proposée, le comité estime que les salaires des parlementaires devraient être alignés sur ceux des fonctionnaires et du service public. En comparaison, un enseignant fraîchement diplômé gagne moins de 400 Ghana Cedis (187 euros) par mois, contre 1.400 (657 euros) pour un inspecteur de police.

En Afrique, la palme revient au Kenya, dont les députés sont parmi les mieux rémunérés au monde. En juillet, ces derniers ont fait passer leurs émoluments mensuels de 10.500 à 15.000 dollars (de 7.490 à 10.700 euros), égalant ainsi ceux pratiqués au Congrès américain.

Cette décision avait sans surprise créé une grosse polémique dans le pays. Selon le quotidien kenyan Daily Nation, le coût annuel des salaires de l'ensemble des parlementaires serait équivalent au montant déboursé par le pays pour approvisionner les hôpitaux en médicaments.

Lu sur GhanaWeb