mis à jour le

Manifestation des femmes de Bérets rouges à Bamako, le 16 juillet 2012. HABIBOU KOUYATE/AFP
Manifestation des femmes de Bérets rouges à Bamako, le 16 juillet 2012. HABIBOU KOUYATE/AFP

Mali: Les femmes des Bérets rouges entrent dans la bataille

Les femmes de militaires sont-elles en train de devenir un baromètre de la situation politique au Mali? En février déjà, une manifestation avait tourné à l’émeute…

Mise à jour du 10 août: Un soldat malien appartenant aux "Bérets rouges", un corps d'élite qui assurait la protection de l'ex-président renversé Amadou Toumani Touré (ATT), a été tué dans la nuit de 9 au 10 août près de Bamako dans des conditions "troubles", a appris l'AFP de sources concordantes.

*****

Les épouses des soldats emprisonnés depuis la tentative de contre-coup d’Etat du 30 avril 2012 n’en peuvent plus.

Voilà trois mois que certaines sont sans nouvelles de leurs maris et que le flou persiste sur le sort de 21 à 22 soldats qui manquent à l’appel et pourraient avoir été exécutés.

Trois mois que les soldes des prisonniers n’ont pas été versées, et que leurs familles ont du mal à joindre les deux bouts.

Le 1er février 2012 déjà, d’autres femmes de soldats avaient manifesté, plongeant les grandes villes du pays dans des émeutes. Pillages, agressions… Une chasse aux Touaregs s’était déclarée, contre une communauté perçue en bloc comme les rebelles auxquels le massacre d’Aguelhok était imputé.

Des femmes aussi téméraires que leurs époux

A l’époque, c’étaient les femmes de 70 soldats exécutés le 24 janvier sur leur base éloignée du Nord, à Aguelhok, qui demandaient des comptes. Leurs maris avaient été froidement abattus, certains égorgés et éventrés, sans munitions pour se défendre ni renforts pour les aider.

Le pouvoir, lui, minimisait le drame —un crime de guerre imputé aux islamistes d’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

Signe avant-coureur du délitement de l’Etat malien: ces femmes de soldats avaient forcé les portes du palais présidentiel de Koulouba et invectivé le président Amadou Toumani Touré (ATT).

Cinq mois plus tard, ce sont 300 femmes de militaires qui sont descendues dans la rue, le 16 juillet 2012 à Bamako. Foulards rouges noués autour de la tête, elles défendent les droits de leurs maris, des Bérets rouges, membres de l’ancienne garde présidentielle. 

Certains, loyalistes à l’égard du régime déchu d’ATT, avaient fait une tentative de contre-coup d’Etat le 30 avril, pour renverser la junte des putschistes du 22 mars.

Ils avaient cherché à prendre le contrôle de l’aéroport de Bamako, de la télévision nationale et du camp militaire de Kati. Les combats s’étaient soldés par un échec des Bérets rouges et une vague d’arrestations.

Une centaine de militaires —47 au moins selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR)— ont été mis au cachot dans le camp militaire de Kati, à 15 km de Bamako, la capitale. Aucun chef d’inculpation n’a été délivré contre eux pendant plusieurs semaines. Ils n’avaient pas non plus le droit de recevoir de visites.

Certains ont été mis au régime d’isolement, confinés dans le noir 24 heures sur 24. Les moins gradés auraient été torturés et entassés dans des cellules où la température avoisinait les 45 degrés.

Que sont devenus les officiers disparus?

Parmi les officiers arrêtés figurent notamment les commandants Malamine Konaré, le fils de l’ancien président Alpha Oumar Konaré (1992-2002), ancien membre de la cellule anti-terroriste à la sécurité d’Etat, et Hamidou Sissoko, ancien chef d’état-major du président ATT.

Leurs avocats ont dénoncé le 13 juin dans une lettre au ministère de la Justice les traitements inhumains subis par les prisonniers de Kati.

Finalement, les bérets verts de la junte d’Amadou Sanogo ont accepté de transférer les détenus, à partir du 23 juin, au camp de la gendarmerie de Bamako.

Des chefs d’inculpation pour «atteinte à la sûreté de l’Etat» ont commencé à être délivrés. Les conditions des détenus sont meilleures, mais les droits de visite limités.

Selon le frère d’un officier qui a témoigné pour Slate Afrique, ces droits de visite pouvaient d’abord s’exercer tous les jours au camp de la gendarmerie, puis seulement deux fois par semaine. La raison?

«Certains des détenus ont commencé à parler, pour expliquer que 21 à 22 personnes sont portées disparues et ont sans doute été victimes d’exécutions sommaires dans les heures qui ont suivi leur arrestation.»

Dès que l’information a été publiée par la presse malienne, la junte d’Amadou Sanogo a posé d’autres restrictions, n’autorisant plus qu’une seule visite par semaine —décision unilatérale prise sans même en informer le procureur.

Peu de chances de libération

Après une négociation serrée entre les avocats, la junte et les autorités judiciaires, il a été convenu que les détenus puissent recevoir autant de personnes qu’ils le souhaitent, les jeudis et dimanches, entre 9 heures et 15 heures.

Seul problème: selon notre témoin, «des hommes en uniforme fouillent les visiteurs, et des femmes sont fouillées par des hommes, ce qu’elles vivent comme une profonde humiliation.»

Les détenus, physiquement épuisés, n’ont pas le moral. L’un d’entre eux, qui a perdu sa fillette de trois ans, n’a pas eu le droit de se rendre à l’enterrement.

Malgré l’intervention des chefs religieux et de diplomates en leur faveur, leur sort reste incertain dans la configuration actuelle du pouvoir à Bamako.

Cheick Modibo Diarra paraît toujours soumis aux ordres de la junte, et sa feuille de route, élaborée sans consultation politique, ne lève aucune incertitude.

Certains des Bérets rouges ont d’autant moins le moral qu’ils n’ont rien à voir dans la tentative de contre-coup qu’on leur reproche, et que leur avocat leur a remis un chapelet en les invitant à prier.

Si la junte des Bérets verts d’Amadou Sanogo les libère, elle redoute de les voir parler dans les médias, ou même de vouloir se venger.

«Ce qui n’est pas certain, estime le frère d’un officier incarcéré. Les officiers supérieurs sont peinés de voir le pays tomber ainsi en lambeaux.»

Jamais sans nos maris

A l’annonce de la libération de trois otages européens, deux Espagnols et une Italienne détenus par les islamistes du Mujao (Mouvement unicité et djihad en Afrique de l'ouest), le 18 juillet 2012, certains ont regretté l’intervention du Burkina Faso comme médiateur, y voyant la faillite des services de renseignement du Mali.

Malgré les pressions exercées par les avocats sur le pouvoir civil de transition, les arrestations continuent: le 11 juillet 2012, c’était au tour du colonel Abidine Guindo, ancien aide de camp d’ATT, d’être arrêté.

«Libérez les militaires arrêtés! Rendez-nous les morts! Occupez-vous du Nord!»

Tels sont les slogans des femmes de militaires, qui soulignent l’inertie des nouvelles autorités maliennes face à la situation catastrophique qui prévaut dans les trois régions nord du Mali.

Elles sont retournées dans la rue le 18 juillet, pour se rendre aux portes de l’Assemblée nationale. Là, elles ont menacé de défiler nues pendant le mois de ramadan, qui s’est ouvert le 20 juillet.

De leur côté, les femmes des Bérets verts menacent aussi de descendre dans la rue et de crêper le chignon des femmes à foulards rouges. Si on la prend pour baromètre, cette colère des femmes de militaires ne laisse rien présager de bon pour le Mali.

Sabine Cessou

A lire aussi

Mali: la mission impossible des bérets rouges

Mali: En oppressant les journalistes, les militaires se trompent d'ennemi

Comment libérer des Maliens prisonniers d'eux-mêmes

Mali: la menace d’un effondrement de l’Etat

Mali: Il faut démanteler le commandement militaire

Mali: qui détient le pouvoir à Bamako?

Sabine Cessou

Sabine Cessou est une journaliste indépendante, grand reporter pour L'Autre Afrique (1997-98), correspondante de Libération à Johannesburg (1998-2003) puis reporter Afrique au service étranger de Libération (2010-11).

Ses derniers articles: Le drame indien réveille l'Afrique du Sud  Ce que cache la victoire de Zuma  Les pays où l'on se tue le plus 

Abidine Guindo

Mali

Le Mali peut-il s'en sortir?

Le Mali peut-il s'en sortir?

Coup d'Etat Mali

A bas le commandement militaire!

A bas le commandement militaire!

Aguelhok

Mali

L'armée malienne se déchaîne sur les civils touaregs

L'armée malienne se déchaîne sur les civils touaregs

Mali

L'homme qui hissa le drapeau noir sur Tombouctou

L'homme qui hissa le drapeau noir sur Tombouctou

Mali

Combien de temps pourront tenir les résistants du Nord-Mali

Combien de temps pourront tenir les résistants du Nord-Mali

Amadou Sanogo

Nord-Mali

L'opération Serval et les risques de guérilla

L'opération Serval et les risques de guérilla

Mali

Les déplacés maliens se cherchent un chemin

Les déplacés maliens se cherchent un chemin

Nord-Mali

L'impossible réconciliation

L'impossible réconciliation