SlateAfrique

mis à jour le

La Botox Party débarque au Maroc

Le Maroc vient d’accueillir la première Botox party d’Afrique, rapporte le quotidien marocain les Echos.

La soirée, qui a eu lieu le 2 juin dernier au Murano Resort Marrakech, fait jaser. L'idée d'importer le concept au royaume chérifien vient d'un ressortissant français. Un certain Michel Bizet, connu au Maroc sous le surnom de Mickey.

«Tendances aux Etats-Unis», croit savoir les Echos, les Botox Party consistent à se faire injecter botox, silicone et autres douceurs où les intéressés soucieux de leur apparence physique le souhaitent. De la chirurgie esthétique autour d’un verre, voire plusieurs, histoire de détendre l’atmosphère.

Dans une interview à Sidimarrakech, l’organisateur se défend de toute transgression: 

 

«
L’ordre des médecins nous a appelés 24h avant en nous disant très clairement qu’il nous était interdit de faire des injections de "Botox", faute de quoi je serais renvoyé chez moi, le médecin rayé de l’ordre et le Murano poursuivi en justice. 
Nous sommes donc allés voir le doyen qui nous a conseillé de faire venir le médecin pour donner des conseils sur les injections "Botox", et la soirée s’est très bien passée!
»

Reste que le président du Collège syndical national des médecins spécialistes privés, Saâd Agoumi en a informé l'ordre des Médecins afin qu’il saisisse la justice. Pour l’instant, aucune plainte n’a été déposée.

L'affaire dépasse les frontières marocaines et africaines. Et s’invite en Angleterre. Michel Bizet aurait affirmé sur Internet, selon Les Echos, qu’un «laboratoire pharmaceutique voulait porter plainte contre lui car le Botox est une marque déposée».

La première Botox Party d’Afrique aurait attiré près de 400 personnes. Un intérêt confirmé par la fréquentation de la page Facebook de la soirée. 

Michel Bizet ne compte pas s'arrêter en si bon chemin d'après Yabiladi: il prévoit une «Botox Party 2» cette fois à Casablanca en septembre prochain.

Lu sur Les échos.maSidimarrakechYabiladi

A lire aussi

La nouvelle Tunisie rêve d'un autre tourisme

La reconstruction du clitoris n'est plus impossible