mis à jour le

Zine el-Abidine Ben Ali à l'aéroport de Tunis Carthage en 2008. REUTERS/Jacky Naegelen
Zine el-Abidine Ben Ali à l'aéroport de Tunis Carthage en 2008. REUTERS/Jacky Naegelen

Ben Ali, le dictateur «bac moins 3»

Après 23 ans de règne, une révolution et un procès en cours, le dictateur tunisien déchu reste un personnage mystérieux. Qui est vraiment l'ex-président Zine el-Abidine Ben Ali?

Mise à jour du 10 décembre 2012: Vue sur la mer. L’ex-raïs tunisien possédait de nombreux palaces à travers le pays. Lyse Doucet, une journaliste de la BBC a pu s’introduire dans l’un d’eux, près de deux ans après l’immolation de Mohammed Bouazizi, puis la fuite de Zine el Abiddine Ben Ali, le 14 janvier 2011.

Seul un homme de pouvoir fortuné pouvait s’offrir une telle vue. Ben Ali avait les deux, fait remarquer la journaliste.

Assise sur l’un des canapés du salon, la journaliste attire l’attention du téléspectateur sur les livres présents dans la pièce. Elle tend devant la caméra un livre sur l’ancienne Première dame Carla Bruni Sarkozy.

****

Alors que depuis le 20 juin 2011 les procès et les condamnations le concernant se succèdent à un rythme soutenu à Tunis, l’ex-président tunisien, Zine el-Abidine Ben Ali, est absent, en exil à Jeddah en Arabie saoudite. Ce militaire a forgé l’essentiel de sa carrière au sein des services de sécurité et du renseignement. Personnage de l’ombre, Ben Ali est demeuré en 23 ans de pouvoir, et particulièrement vers la fin de sa présidence, un homme insensible et faussement populaire. Son portrait, placardé dans toute la Tunisie au fronton de la plus petite échoppe est certes connu de tous mais sa vraie nature, elle, est restée mystérieuse.

Cet enfant d’Hammam Sousse, une ville côtière au nord de la Tunisie, a vu le jour en 1936, sous le protectorat français. Quatrième d’une famille modeste de onze enfants (son père aurait été gardien au port de Sousse), Zine el-Abidine (la beauté des croyants), effectue de piètres études secondaires au lycée de garçons de Sousse. Celui qu’on surnommait «Bac moins 3», n’est effectivement pas devenu bachelier.

Il ne s’intéresse pas aux arts, n’a pas les qualités d’un autodidacte, ne lit pas et n’aime pas les intellectuels, une haine des lettres et des arts qui perdurera durant son règne. Son double engagement dans l’armée et le parti indépendantiste Néo-Destour lui offre en 1956 une seconde chance. Au cours de sa vie lycéenne, Ben Ali suit les traces de son ami d'enfance Hédi Baccouche, un militant aguerri qui restera l'un de ses plus proches alliés et qui deviendra son Premier-ministre.  

Le jeune Ben Ali bénéficie d'une formation d'officier, lors d'un bref passage à l’Ecole militaire française interarmes de Saint-Cyr (EMIA) en 1956. Il est admis dans une promotion parallèle exceptionnelle en hommage à la récente indépendance tunisienne. Mais cette promotion particulière baptisée «Bourguiba», ne comprend qu’une poignée d’officiers tunisiens parmi lesquels Ben Ali ne s'est pas intégré. Il achève sa formation avec un diplôme d’ingénieur électronicien obtenu aux Etats-Unis:

«Mon intérêt pour l’informatique, a eu une incidence heureuse sur ma façon de travailler; cela m’a donné un goût prononcé pour la logique, la rigueur de l’analyse et une vision prospective planifiée, loin de toute improvisation.» 

Premières armes en politique

De retour en Tunisie, il est affecté au service du colonel Kéfi, un ancier officier de l'armée française devenu le chef d'état-major de l'armée tunisienne, dont il épouse la fille en 1964, Naïma Kéfi. Un amour stratégique qui lui vaut d’être à 28 ans le directeur de la Sécurité militaire, poste qu’il occupe jusqu’en 1974.

Père de six enfants, dont trois filles nées de son premier mariage, Ben Ali se trouve particulièrement à son aise au sein des services de renseignement, sa fonction consistant à assurer la surveillance des casernes. Il est à un poste qui convient à sa nature timide et taciturne et qui le garde à distance des chefs de l’armée.

Ben Ali n’est pas vraiment inconnu des Tunisiens. Il apparaît pour la première fois sur la scène politique en 1974, à l’occasion de l’Union tuniso-libyenne et la naissance de la République arabe islamique proclamée par Habib Bourguiba et le colonel Kadhafi. C’est là que le général Zine el-Abidine Ben Ali se forge une réputation de militaire impassible et de référent en matière de sécurité. Mouammar Kadhafi avance son nom pour diriger l’ensemble des services de renseignement et de la sécurité militaire de cette union éphémère des deux pays voisins (de 1973 à 1974). Une fois la République arabe islamique enterrée et les relations avec la Libye refroidies, les conseillers de Bourguiba invitent ce dernier à écarter Ben Ali du pouvoir. Zine el-Abidine se contente d’un poste d’attaché militaire à Rabat, au Maroc, où il découvre les délices de la dolce vita marocaine mais entretient des relations exécrables avec le roi Hassan II.

Il marque son retour au pays quelques années plus tard en 1978, date à laquelle l’agitation sociale menace le régime du «Combattant suprême», Habib Bourguiba. Opportuniste, Ben Ali sent le vent tourner. Il prend en charge la Sûreté générale, alors que Bourguiba lutte pour laisser l’armée en dehors de la politique. Un poste clé sur lequel Zine el-Abidine s’installe pendant trois ans.

Mais alors qu’il se croit définitivement ancré au gouvernement, il commet une erreur qui lui coûte son poste: un commando libyen investit la ville de Gafsa, dans le Sud tunisien, et y séjourne en toute impunité, sans que les responsables de la sûreté générale s’en aperçoivent. Il est aussitôt limogé par Bourguiba et envoyé à Varsovie en Pologne en mars 1980 en tant qu’ambassadeur. Il revient en Tunisie en décembre 1983, lors de la «révolte du pain» qui officialise la rupture entre les Tunisiens et Bourguiba. Abandonné, Habib Bourguiba a justement besoin de rigueur militaire et d’expertise en matière de renseignement et rappelle Ben Ali à ses côtés à la direction de la Sûreté générale.

Dès lors, son ascension au sein du gouvernement tunisien est fulgurante. La lutte contre les islamistes qui menacent le régime et le climat de crise sociale, propulsent alors Ben Ali vers le sommet du pouvoir au plus proche de Bourguiba. Après les émeutes de 1984, il passe respectivement de secrétaire d’Etat à la Sûreté, puis ministre de l’Intérieur au sein du gouvernement de Rachid Sfar au poste de Premier ministre le 2 octobre 1987.

Installé à la présidence tunisienne depuis l’indépendance du pays en 1956, Habib Bourguiba est malade, s’enferme dans son palais et règne plus qu’il ne gouverne. Grâce à un «coup d’Etat médical», Ben Ali écarte «sans violence ni effusion de sang», le 7 novembre 1987, le père de l’indépendance devenu sénile. Selon la formule consacrée, Ben Ali «dépose» Bourguiba. Les journalistes Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi, dans leur livre «Notre ami Ben Ali», donnent leur version des faits (page 45):

«Sept medecins, dont deux militaires, sont convoqués en pleine nuit, non pas au chevet du malade mais, là encore, au ministère de l'Intérieur. Parmi eux se trouve l'actuel médecin du président, le cardiologue et général Mohamed Gueddiche. Ben Ali somme les représentants de la Faculté d'établir un avis médical d'incapacité du président. "Je n'ai pas vu Bourguiba depuis deux ans", proteste un des médecins. "Cela ne fait rien, signe", tranche le général (Ben Ali)».

Le premier discours présidentiel est rédigé par Hédi Baccouche. Les Tunisiens observent ce militaire inconnu à la carrure de déménageur et écoutent en silence Ben Ali leur promettre sur les ondes de la radio nationale une rupture avec l’ancien régime:

«Notre peuple est digne d'une vie politique évoluée, fondée réellement sur le multipartisme et la pluralité des organisations de masse. L'époque que nous vivons ne peut plus souffrir ni présidence à vie ni succession automatique à la tête de l'Etat qui excluraient le peuple».

Un président manipulateur

Un an après, en 1988, il se sépare de la fille du colonel Kéfi et s’affiche avec une Tunisoise d’une trentaine d’années qu’il fréquentait dans les années 1980, Leïla Trabelsi. Leur première fille, Nesrine Ben Ali, voit le jour en 1987 alors que ses parents ne sont pas encore mariés. Il épouse Leïla Trabelsi en 1992, l’année de la naissance de sa cinquième fille, Halima Ben Ali. Cette seconde épouse, diplômée de Lettres et coiffeuse de profession, a un caractère beaucoup plus trempé que son mari, qu'elle manipule dans l'ombre. Elle place en outre progressivement ses dix frères et soeurs aux postes clés de l'économie du pays. On porte à l’actif du premier mandat de Ben Ali une politique dite de «solidarité», avec la création d’un fonds spécial destiné à l’origine aux pauvres, le «26-26». On découvrira plus tard que la moitié de ces fonds spéciaux ont été détournés par le clan présidentiel.

Parvenu à la plus haute marche du pouvoir, Ben Ali amadoue les Tunisiens et tisse discrètement sa toile. Il supprime «la présidence à vie», instituée par Bourguiba et limite à trois le nombre de mandats présidentiels. En 1988, il fait même adopter une nouvelle loi sur les partis. Il poursuit le développement d’un système de sécurité sociale et les réformes sur l’éducation et l’émancipation des femmes initiées par son prédécesseur. Ben Ali, c'est l'autocratie de Bourguiba moins son charisme et sa culture.

Sur la forme, le nouveau président Ben Ali entame une série de réformes politiques et économiques: libéralisation et ouverture des marchés, libération des prisonniers politiques, instauration du multipartisme, scolarisation obligatoire jusqu'à 16 ans. Le Parti Socialiste Destourien (PSD) qu'il dirige est rebaptisé Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD). Ce parti compte plus de 2 millions d’adhérents sur une population de 10 millions.

Sur le fond, les méthodes de sa présidence restent les mêmes que celles employées dans les services de renseignement militaire. Selon Ahmed Bennour, ancien secrétaire d'Etat à la Défense puis à l'Intérieur, le budget de la police avait presque quadruplé depuis 1987. Il existait à peine deux cents lignes téléphoniques sur écoute du temps de Bourguiba; en 1989 il y en avait plus de trois mille.

En 1991, Ben Ali dissout Ennahdha (Renaissance), le grand parti islamiste tunisien, dont il fait emprisonner plus de 20.000 membres. Il interdit le port du voile dans les lieux publics et muselle la presse ainsi que les partis d'opposition. La révision de la Constitution et le Code électoral ne sont que des mesures de démocratisation de façade. En réalité, la Tunisie toute entière est progressivement soumise à une surveillance généralisée et à une propagande massive en faveur de Ben Ali.

À la tête du parti majoritaire le RCD, il est réélu président de la République en 1994, en 1999 et en 2004, recueillant entre 94% et 99% des voix. Son régime est soutenu par les Etats-Unis, Israël, la France et l'Italie, notamment parce qu'il abrite discrètement une base arrière de la CIA et de l'Otan servant aux opérations anti-terroristes régionales et au contrôle de la Méditerranée.

La fin du règne

En 1999, il organise la première élection présidentielle pluraliste de l’histoire de la Tunisie, un événement. Mais dès 2002 il fait sauter le dernier verrou empêchant son maintien au pouvoir à vie: l’adoption par référendum d’une modification constitutionnelle lui permettant de se représenter. L’année 2005 marque la naissance de son fils, Mohamed Zine el-Abidine Ben Ali, «le prince» pour lequel le président réalise les dépenses les plus folles. En 2008, il mate des émeutes dans le sud-ouest tunisien par l’armée sur fond de chômage et de népotisme. L’année suivante, Zine el-Abidine Ben Ali, est réélu pour un cinquième mandat avec près de 90% des voix.

Les méthodes répressives et dictatoriales sont de plus en plus visibles. Le régime devient paranoïaque. Un projet de loi adopté en conseil des ministres prévoit que tout Tunisien qui transmet à une organisation internationale des informations «de nature à ternir l'image de la Tunisie» est passible d'une peine de prison de cinq à douze ans.

L’espionnage et la censure de la population créent un silence politique assourdissant. La corruption, les passe-droits, les tortures marquent la fin de son règne. La nature profonde de Ben Ali transparaît dans sa façon de gouverner le pays. Il utilise les forces de l’ordre pour maintenir la population sous une chape de terreur en anéantissant l'âme et l'identité des Tunisiens.

Le 14 janvier 2011 sur le tarmac de l’aéroport de Tunis-Carthage, le Boeing présidentiel 737-700 d’une trentaine de places est prêt à décoller en urgence. Au même moment, les Tunisiens tombent sous les coups de matraques et sous les balles. Zine el-Abidine Ben Ali, lui, ajuste sa cravate rouge sur son costume bleu avant d'embarquer. L’enfant d’Hammam Sousse timide et renfermé sur lui-même, à la scolarité désastreuse, est «dégagé» par les Tunisiens sortis de 30 années de léthargie.

Mehdi Farhat

A lire aussi

Marzouki, de la rupture à la compromission

Sit-in du Bardo: la dictature ne passera pas

Constituante tunisienne: comment ça marche?

Tunisie: les enseignements du scrutin

Tunisie: la déferlante Ennahda

Victoire des islamistes, sans regret!

Ennahda n'a pas droit à l'erreur

Mehdi Farhat

Journaliste à SlateAfrique

Ses derniers articles: L'électorat d'Ennahda fait son bilan  Le pain parisien est-il halal?  Pourquoi Ennahda inquiète les Tunisiens 

censure

Censure

Comment le régime d'el-Béchir musèle la presse

Comment le régime d'el-Béchir musèle la presse

Tawa fi Tunis

Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?

Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?

Tawa fi Tunis

Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?

Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?

élections

AFP

Élections au Mozambique: la SADC plaide pour une résolution légale des différends

Élections au Mozambique: la SADC plaide pour une résolution légale des différends

AFP

Mozambique: le Frelimo compte sur les observateurs pour valider les élections

Mozambique: le Frelimo compte sur les observateurs pour valider les élections

AFP

Mozambique: élections test pour le pouvoir en perte de popularité

Mozambique: élections test pour le pouvoir en perte de popularité

Habib Bourguiba

Bouteflika

Otage des militaires

Otage des militaires

Tunisie

Ben Ali a toujours son mot à dire

Ben Ali a toujours son mot à dire

Tunisie

La femme, juste un complément de l'homme?

La femme, juste un complément de l'homme?