SlateAfrique

mis à jour le

JO 2012 - Les athlètes libyens défient les milices pro-Kadhafi

«Nous allons à Londres et nous allons y défiler avec le nouveau drapeau national».

Ces quelques mots du chef de la délégation olympique libyenne, Dr Haffed Gritly, rapportés par le quotidien britannique The Guardian, sonne comme un message fort adressé au groupe armé qui détient en ce moment même le président du comité olympique libyen, Nabeel al-Alam.

Les cinq athlètes libyens sélectionnés par le comité se rendront bel et bien aux Jeux Olympiques de Londres qui débuteront le 27 juillet prochain. D’ailleurs, ils devraient arriver au village olympique dès le 22 juillet.

La Libye participe aux Jeux Olympiques dans quatre disciplines: le judo, le marathon, le 100 mètres femmes et l’haltérophilie.

Le 15 juillet dernier, Nabeel al-Alam, le président du comité olympique libyen, était enlevé par une milice vraisemblablement pro-Kadhafi, dans le centre de Tripoli et conduit vers une destination inconnue.

Cet enlèvement intervenait à quelques jours du départ des athlètes libyens pour les Jeux Olympiques.

Un kidnapping qui apparait comme un acte prémédité de cette milice proche du président défunt Mouammar Kadhafi afin d’empêcher les athlètes libyens de soulever le nouveau drapeau national tricolore à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, le 27 juillet, à Londres.

«Après l’enlèvement, les athlètes ne voulaient plus participer aux Jeux Olympiques mais nous avons réussi à les convaincre d’aller à Londres», a affirmé Dr Haffed Gritly.

Et d’ajouter :

«Nous sommes en ce moment en train de songer à la manière dont nous pouvons rendre hommage au président du comité durant les Jeux».

Les athlètes libyens et toute la délégation ont d’ailleurs reçu une lettre de soutien de la part du président du comité olympique international, Jacques Rogue, saluant leur acte de bravoure.

Lu sur the Guardian

A lire aussi

"Nous vaincrons sur leurs terres, Inch'Allah!"

Pourquoi le drapeau marocain ne flotte plus sur l'athlétisme mondial

Les dictateurs ne sont pas forcément stupides

Les forces invisibles de la Libye