mis à jour le

Repas collectif au Caire le 2 août 2011. Reuters/Asmaa Waguih
Repas collectif au Caire le 2 août 2011. Reuters/Asmaa Waguih

Algérie: Ramadan, le mois de tous les excès

S'approvisionner à des prix décents: voilà ce qui inquiète les Algériens en ce début de ramadan.

Que le mois de ramadan revienne demain ou après-demain, ce n’est plus la préoccupation des Algériens.

La preuve, même l’association Sirius [association algérienne d'astronomie qui tient un site Internet multilingue, ndlr], qui a l’habitude d’intervenir sur ce jeu de dates, a décidé de ne plus faire dans l’annonce, car ne faisant plus l’actualité auprès des Algériens.

La préoccupation se trouve plutôt du côté de la mercuriale que plus personne n’arrive à gérer. Les citoyens, encore moins les gouvernants, ne semblent pas en mesure d’affronter le diktat d’un marché qui s’organise en puissance, loin de toute légalité, dans une cacophonie sans pareille, au grand dam des consommateurs.

Bien évidemment que le fait n’est pas nouveau, mais le mois de ramadan constitue un baromètre, une sorte de repère pour mesurer toute l’étendue de la gestion catastrophique de la vie sociale.

Le mois le plus redouté

C’est d’ailleurs durant ce mois, redouté tout en étant sacré, que tous les dépassements sont permis; c’est la période de tous les excès, c’est aussi le moment choisi par le ministère du Commerce pour balancer son sempiternel communiqué pour faire part de la mise en place d’un dispositif spécial pour approvisionner et contrôler le marché.

Du déjà vu qui ne semble pas trop déranger les responsables du ministère qui se veulent rassurants, mais qui ne sont jamais pris au sérieux par des pères de famille rodés à ce genre d’opérations conjoncturelles qui n’ont aucun effet sur le terrain.

La réalité du marché, ce n’est pas un ramadan sans pénuries de produits alimentaires de base et des prix sous contrôle, comme veut le faire croire le ministère du secteur, c’est plutôt un mois où les populations sont confrontées à une augmentation de 20% sur les prix à la consommation, comme le prédit l’UGCAA (Union générale des commerçants et artisans algériens).

Qui peut bien réguler le marché?

Aujourd’hui que le marché est ouvert à tous les trabendistes du coin, il devient presque indécent de parler de ces batteries de mesures que compte prendre le ministère de tutelle pour stabiliser les prix.

Lorsque le marché des fruits et légumes est pris en charge par des camionnettes qui n’offusquent plus personne, même si elles stationnent dans les plus belles artères de nos villes, qui peut alors promettre une régulation du marché, loin de toute spéculation?

Certainement pas le gouvernement, qui n’est pas encore en place.

Ce sont donc autant d’interrogations qui ne trouveront pas de réponse dans cet espace, surtout lorsque l’on sait que la même question s’imposera d’elle-même l’année prochaine.

Azzedine Hammou (El Watan)

A lire aussi

Ramadan: Mais quelle heure est-il?

Le ramadan coûte cher à l'Algérie

Maroc: les hérétiques du ramadan

Les feuilletons arabes dépassées par la révolution arabe

Ne pas faire le ramadan est dangereux en terre d'islam

A lire notre Dossier ramadan: 1,2,3 jeûnez!

Azzedine Hammou

Journaliste algérien au quotidien El Watan

Ses derniers articles: Ramadan, le mois de tous les excès 

approvisionnement

AFP

RDC: Amnesty appelle les industriels

RDC: Amnesty appelle les industriels

[email protected] (Alain TCHAKOUNTE)

Marchés: Prix et approvisionnement sous contrôle

Marchés: Prix et approvisionnement sous contrôle

LNT

Ramadan : Approvisionnement assuré du marché national en gaz butane

Ramadan : Approvisionnement assuré du marché national en gaz butane

consommation

Mode de vie

Les centre commerciaux: un lieu où les jeunes algériens «flirtent» et enlèvent le voile

Les centre commerciaux: un lieu où les jeunes algériens «flirtent» et enlèvent le voile

AFP

L'Afrique, 2ème marché de consommation d'ici 2017

L'Afrique, 2ème marché de consommation d'ici 2017

Inflation

Pourquoi tout coûte toujours plus cher pendant le Ramadan?

Pourquoi tout coûte toujours plus cher pendant le Ramadan?

hausse des prix

Alimentation

Menace de famine sur l'Ethiopie

Menace de famine sur l'Ethiopie

emeutes

Alger, où plus personne ne veut avoir 20 ans

Alger, où plus personne ne veut avoir 20 ans