SlateAfrique

mis à jour le

Kenya - Le Royaume-Uni avoue les tortures contre les Mau Mau (VIDEO)

C’est une première historique. Le gouvernement britannique
reconnait que, pendant la période coloniale, les Britanniques ont torturé
des détenus de la rébellion Mau Mau, ce principal mouvement qui a combattu pour l’indépendance du Kenya.

Le
17 juillet avait lieu la deuxième journée de l'audience de la Haute cour de
Londres, qui examine les plaintes de quatre Kényans, victimes d'abus pendant
les dernières années de la colonisation, rappelle BBC Afrique.

Et
c’est à l’issue de cette audience pour le moins historique que le gouvernement
a reconnu les exactions qu’ont commis ses forces coloniales, entre 1952 et
1960, tout en refusant, toutefois, l’idée d’une compensation des victimes,
estimant qu’il y a prescription.

Il
y a un an, ces quatre même Kényans, soutenus par la commission kényane des droits de
l'homme, avaient décidé de poursuivre en justice leurs colonisateurs afin d’obtenir
réparation, rappelle le quotidien kényan Daily Nation.

Les
quatre plaignants, aujourd’hui âgés de plus de 70 ans, ont confirmé devant les
juges, ce 17 juillet 2012, les mauvais traitements et tortures auxquels ils ont
été soumis dans des camps de détention.

Wambugu Wa Nyingi, l’un des plaignants, a expliqué, dans une déposition
écrite, comment 11 de ses compagnons avaient été frappés à mort, en 1959,
dans un camp de détention où il est resté neuf mois.

Jane Muthoni Mara, elle, a confié, parmi les nombreux abus, avoir été
violée avec une bouteille contenant de l’eau bouillante.

Pour juger cette affaire, la BBC souligne que «le tribunal aura accès à 8.000 documents d’archives, rapatriés après
l’indépendance du Kenya en 1963
».

La répression du gouvernement britannique avait débuté en
1952 lors du soulèvement des indépendantistes Mau Mau, lequel a duré jusqu’en 1960, soit 3 ans avant
l’indépendance. Selon la Commission
kényane des droits de l'homme
, 90.000 Kényans auraient été exécutés,
torturés ou mutilés durant cette période.

Lu sur Daily Nation, BBC Afrique

A lire aussiKenya - Le Royaume-Uni accusé par d'anciens colonisésAngola-Portugal, la colonisation à l'envers