SlateAfrique

mis à jour le

Algérie - Et si Peugeot bloquait l'installation de l'usine de Renault

Le choc créé par la suppression de 8.000 postes dans les usines du groupe PSA Peugeot Citröen en France pourrait affecter la stratégie de Renault. Et compromettre l’installation de son usine à Tanger. Une information relayée par le quotidien économique la Tribune.

En visite officielle en Algérie le 15 juillet, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré que si «le projet constituait une menace pour la France, le gouvernement dira non. Est-ce que l’investissement de Renault en Algérie va servir le pays? Dans ce cas, c’est du gagnant-gagnant. Si c’est un investissement pour concurrencer les produits fabriqués en France, c’est non.»

En clair, le gouvernement français, «hostile aux délocalisations industrielles», comme le rappelle le quotidien économique, refuse que les voitures produites en Algérie soient exportées en France.

Une condition rejetée par Alger, qui souhaite justement inonder le marché européen de ses produits peu cher. Une zone de libre-échange entrera d'ailleurs en vigueur en 2020 entre l’Algérie et les pays de l’Union Européenne.

Les autorités algériennes opposent à la France, qui détient la majeur partie de l’entreprise, un argument de poids. La Tribune fait ainsi valoir selon une source proche du dossier que «Renault ne peut pas renoncer à son projet en Algérie au risque de perdre un marché où il vend plus de 70.000 véhicules par an et investit massivement dans le service après-vente et la distribution.»

L’Etat français devra trancher avant fin 2012, période à laquelle le président François Hollande devrait venir en Algérie signer le contrat en personne.

Lu sur La Tribune

A lire aussi

Algérie: le legs de Sarkozy à Hollande

Renault à Tanger, un cauchemar pour Sarkozy ?