SlateAfrique

mis à jour le

Mali - Les femmes des bérets rouges disent stop (VIDEO)

«Libérez les bérets rouges ! On veut la paix !»

Voilà ce qu'on scandé, en chœur, le 16 juillet, à Bamako, les femmes et mères des «bérets rouges», une unité de l'armée qui assurait la protection de l'ancien président malien, Amadou Toumani Touré.

Elles sont venues manifester pour la libération de leurs époux et fils arbitrairement arrêtés par la junte militaire et torturés au camp militaire de Kati, (une quinzaine de kilomètres de Bamako) pendant 50 jours, rapporte le journal du Mali.

Foulards rouges sur la tête, banderoles en main, elles étaient plus de 200 à marcher du camp des parachutistes de Djicoroni (bastion des bérets rouges) à la place de l’indépendance.

«Trop c’est trop ! A bas les arrestations arbitraires!», s’est notamment écriée une manifestante.

Avant qu’une autre renchérisse:

«Depuis le 30 avril, je n’ai pas vu mon fils. Il est enfermé. Ce jour-là, il m’a donné les clés de sa moto, il est sorti en uniforme et depuis, je n’ai plus aucun renseignement sur lui. On veut qu’ils nous disent où ils sont.»

Le journal du Mali rappelle que «ces femmes se plaignaient par ailleurs des conditions de détention, de l’impossibilité pour elles de rendre visite aux leurs (...) et dénonçaient également la lenteur de l’appareil judiciaire.»

«Nous nous battrons jusqu'à ce que la vérité éclate!», a lancé une épouse, lors de la marche de protestation.

Le 30 avril dernier, les bérets rouges avaient affronté les bérets verts du capitaine Sanogo, au pouvoir depuis le coup d'Etat du 22 mars au Mali. Cependant, les affrontements ont tourné en faveur de la junte militaire qui, une fois le contrecoup d’Etat manqué par les bérets rouges, avait procédé à l’arrestation de plusieurs d'entre-eux.

Lu sur le Journal du Mali, RFI

A lire aussi

Mali: la mission impossible des bérets rouges

Le Mali peut-il s'en sortir?

Mali: Le capitanaise Sanogo, un putschiste pas comme les autres

Lire notre dossier coup d'Etat Mali