SlateAfrique

mis à jour le

Kenya - Le téléphone portable est aussi un banquier

Le mobile banking, entendez les opérations bancaires via téléphone portable, est en pleine expansion, depuis quelques années.

En Afrique, comme ailleurs. Le Kenya, pays de l’est africain connu pour être à la pointe des nouvelles technologies, n’est pas en reste tel que constaté par The Atlantic:

«Un système de transactions financières par mobile, M-Pesa, a étendu les services bancaires à environ 40% de la population adulte du Kenya. D’après certaines estimations, un tiers du PIB kényan circule via le M-Pesa.»

Pour poursuivre dans cette dynamique d’expansion des systèmes bancaires par mobile, le service de paiement par carte bancaire Visa a récemment fait l’acquisition de Fundamo, une entreprise informatique sud-africaine qui, depuis dix ans, soutient les transactions financières mobiles et «fournit les nouvelles technologies d’environ un tiers de tous les systèmes de paiement par téléphone portable utilisés aujourd’hui», souligne The Atlantic.

Le challenge de Visa va désormais être de mettre en place un système qui permettra la généralisation des échanges bancaires mobiles via banques et opérateurs mobiles confondus.

Vu d’Afrique, le potentiel de développement du transfert d'argent par mobile n’en est qu’à ses débuts. Hannes Van Rensburg, fondateur et PDG de Fundamo, est très enthousiaste:

«Les économies non bancarisées restent enfermées dans la pauvreté. L’ouverture d’un système de paiements électroniques peut encourager la croissance en établissant de nouveaux types de transactions, telles que le paiement de particulier à particulier, le e-commerce, et le transfert de fonds du gouvernement pour ses citoyens les plus pauvres

Lu sur The Atlantic

A lire aussi:

Le Kenya champion du high-tech

Le décollage économique de l'Afrique est une réalité

Google investit l'Afrique