SlateAfrique

mis à jour le

Algérie - Les coupures d’électricité et d'eau source d'émeutes

«Je préfère mourir ou aller en prison que de continuer à vivre dans de telles conditions pires que les conditions carcérales».

Ces paroles rapportées par le journal algérien El Watan sont celles d’un jeune émeutier algérien, fou de rage.

Et pour cause! En Algérie, depuis plusieurs jours, alors que le pays est en proie à une forte canicule, plusieurs régions du Sud vivent au rythme de coupures d’électricité intempestives et de perturbations de l’alimentation en eau potable.

Une situation insoutenable qui a poussé la population à l’émeute.

Le 14 juillet, de nombreux quartiers de la wilaya de Biskra, de Jijel et de Tolga ont ainsi connu des actes de contestation d’une rare violence au cours desquels 15 émeutiers ont été arrêtés par les forces de l’ordre.

A Biskra, les émeutiers ont bloqué la circulation dans une partie de la ville, du mobilier urbain a été saccagé par des centaines de jeunes des quartiers populaires et des colonnes de fumée noire s'élevaient vers le ciel.

«Les autorités de cette ville sont en vacances avec leurs enfants au bord de la mer ou dans un pays étranger, tandis que nous, nous supportons les conséquences de leur laisser-aller et leur imprévoyance», avait notamment affirmé un émeutier.

De leur côté, les responsables en charge de l’énergie se sont confondus en excuses et essayé tant bien que mal de rassurer la population.

«Les coupures intervenues dans plusieurs régions du pays sont dues à des retards dans les travaux de maintenance engagés, notamment dans le Sud, qui devraient s’achever au plus tard le 15 juillet», avait déclaré, la semaine dernière, le PDG de la Société de production de l’électricité (filiale de Sonelgaz).

Reste que, selon El Watan, «comme les années précédentes, beaucoup d’Algériens subiront encore, cet été, les pénuries d’eau, d’électricité, de soins et autres besoins vitaux. Et ils n’auront, en face d’eux, aucune oreille attentive à leurs réclamations. En l’absence de médiation, il ne reste aux citoyens que le recours à l’émeute pour se faire entendre».

Lu sur El Watan

A lire aussi

Ces quartiers de Conakry où on ne crie pas "wéé té fa"

Guinée - Les coupures d'électricité provoquent des émeutes des fans de foot

Quand les Camerounais auront-ils enfin l'étincelle?

Afrique du Sud: la fée électricité se fait désirer