SlateAfrique

mis à jour le

RDC - Récit de la vie brisée des enfants soldats

«Ils m’ont donné une kalachnikov, et ils m’ont appris à tuer.»

Gestaing, 24 ans, s’est ainsi livré au quotidien espagnol El País sur son expérience d’enfant soldat en République démocratique du Congo. L’histoire d’une déchirure, d’une adolescence piétinée.

Il avait quatorze ans lorsque les milices de l’Union des patriotes congolais (UPC) de Thomas Lubanga sont venues l’arracher à sa famille, à Bunia (nord-est de la RDC, non loin de la frontière avec l’Ouganda). Il raconte:

«J’étais avec ma mère, et mes sœurs. Mon père nous avait déjà abandonnés pour la guerre. Nous n’avions rien à leur donner, alors ils m’ont enlevé (...) Ils m'ont attrapé avec d’autres enfants, qui avaient entre 8 et 9 ans. J’étais parmi les plus âgés, ce qui m’a aidé à survivre.»

L’insouciance et l’enfance de Gestaing se sont brutalement interrompues à 14 ans. Dès son enrôlement parmi les miliciens de Lubanga, son quotidien n'était que mort et violence: initié au maniement de la machette, de la kalachnikov ou du lance-roquette, il avait également des «cours» de torture. Ce qui en dit long sur ce qu'il a dû accomplir:

«J’ai tué beaucoup, beaucoup de gens. C’était ou je tuais, ou je me faisais tuer, je n’avais pas d’autre option, dit-il, comme pour s’excuser de ce qu’il a fait, sous la pression de ses supérieurs et l’ivresse de l’alcool. Ils nous donnaient à boire. Beaucoup.»  

A Bunia, peu d’associations ou de structures aident les enfants soldats à se construire une nouvelle vie. Clément Asani, directeur de l’hôpital de la province de Bunia, le confirme:

«Nous n’avons pas de personnel qualifié, ni de ressources. L’Etat est absent et il y a d’autres priorités: le paludisme, le sida, le choléra…»

Gestaing a quitté les milices de Lubanga en 2008. Depuis, il est devenu chauffeur de mototaxi, et tente de tourner la page. Il n'est plus un enfant depuis longtemps, et une chose est sûre: il ne sera jamais plus un soldat.

Lu sur El País

A lire aussi:

Bosco Ntaganda, le général qui défie Kinshasa et la CPI

Murhabazi Namegabe, l'homme qui libère les enfants-soldats

Procès Lubanga: la Cour pénale internationale a un coupable