mis à jour le

Nigeria: 9 cultivateurs tués, 12 enlevés dans une attaque de Boko Haram

Des jihadistes du groupe Boko Haram ont tué neuf agriculteurs et en ont enlevé 12 dans un village du nord-est du Nigeria, a-t-on appris mardi auprès des autorités locales.

Les assaillants sont arrivés lundi dans un champ du village de Mammanti, à 5 km de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno, où ils ont tué neuf cultivateurs en train de travailler et en ont blessé trois.

"Nous avons retrouvé neuf corps après l'attaque", a affirmé à l'AFP le chef du village, Muhammad Mammanti, ajoutant que "les insurgés ont emmené 12 personnes, dont des femmes, et blessé à la machette trois personnes" ayant refusé de les suivre.

Selon Usman Kaka, un cultivateur qui a réussi à s'échapper, les jihadistes sont arrivés vers 13H15 (12H15 GMT). "Ils ont juste ouvert le feu et continué à tirer alors que nous étions en train de fuir", a-t-il raconté. 

"Quand nous sommes revenus plus tard, nous avons constaté que neuf personnes avaient été tuées et trois avaient des traces de machette à la tête pour avoir refusé de les suivre".

Le 14 novembre, des militants de Boko Haram avaient déjà attaqué Mammanti, tuant une personne et incendiant le village avant d'emporter des centaines de têtes de bétail avec eux.

Sept femmes avaient été enlevées le même jour près de la ville de Bama, à 70 km de Maiduguri, alors qu'elles travaillaient dans les champs sous la protection d'hommes armés, selon des membres de la milice civile engagée contre Boko Haram aux côtés de l'armée nigériane.

L'attaque de la semaine dernière avait obligé les habitants à se réfugier à Maiduguri, tout en continuant à venir cultiver leurs champs la journée.

Les insurgés attaquent fréquemment les communautés agricoles pour piller des vivres et enlever des civils, souvent contraints d'intégrer les rangs du groupe jihadiste comme combattants, épouses ou aides.

Le 12 novembre, les jihadistes avaient également tué 15 agriculteurs dans leurs champs près de la ville-garnison de Monguno, à 140 km de Maiduguri.

En octobre, 12 cultivateurs avaient été massacrés dans un contexte similaire à Kalle, un village à 17 km de Maiduguri.

Malgré les affirmations répétées du gouvernement selon lesquelles Boko Haram est sur le point d'être vaincu, le groupe a récemment intensifié ses attaques contre des cibles et militaires, causant de lourdes pertes.

Plus de 27.000 personnes ont été tuées depuis le début de l'insurrection jihadiste en 2009 et 1,8 million de personnes sont toujours déplacées dans le nord-est.

AFP

Ses derniers articles: En Algérie, les réseaux sociaux, garants de la mémoire d'une contestation inédite  Une distribution d'aide tourne au drame au Niger, 20 morts  CHAN-2020: le Cameroun, pays-hôte, versé avec le Mali, le tenant marocain tire le Togo 

attaque

AFP

Un an après, une nouvelle attaque fait 21 morts dans un village martyr du Mali

Un an après, une nouvelle attaque fait 21 morts dans un village martyr du Mali

AFP

Au Cameroun, cinq civils tués dans une attaque de Boko Haram près du lac Tchad

Au Cameroun, cinq civils tués dans une attaque de Boko Haram près du lac Tchad

AFP

Au Lac Tchad, une nouvelle attaque de Boko Haram fait six morts dans l'armée tchadienne

Au Lac Tchad, une nouvelle attaque de Boko Haram fait six morts dans l'armée tchadienne

cultivateurs

AFP

Des excréments

Des excréments

AFP

Sept cultivateurs tués dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram soupçonné

Sept cultivateurs tués dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram soupçonné

La rédaction

Algérie : passons du stade des « chasseurs-cueilleurs » au stade des cultivateurs

Algérie : passons du stade des « chasseurs-cueilleurs » au stade des cultivateurs

haram

AFP

L'ouest du Tchad meurtri par un nouvel attentat-suicide attribué

L'ouest du Tchad meurtri par un nouvel attentat-suicide attribué

AFP

Niger: début d'une nouvelle vie pour une centaine de repentis de Boko Haram

Niger: début d'une nouvelle vie pour une centaine de repentis de Boko Haram

AFP

Le Nigeria autorise la reprise des activités de deux ONG accusées d'"aider" Boko Haram

Le Nigeria autorise la reprise des activités de deux ONG accusées d'"aider" Boko Haram