SlateAfrique

mis à jour le

Guinée équatoriale - Dans la famille Obiang, je demande le fils

Le 12 juillet, les deux juges d’instruction français Roger Le Loire et René Grouman, chargés de l’affaire des biens mal acquis, ont lancé un mandat d’arrêt contre Teodoro Nguema Obiang, fils du président de la Guinée équatoriale, rapporte le quotidien français catholique La Croix.

Les juges, qui soupçonnent Teodoro Nguema Obiang de blanchiment, de détournement de fonds publics étrangers, d’abus de biens sociaux et d’abus de confiance, l'ont convoqué pour un interrogatoire en vue d'une mise en examen, le 12 juillet.

Malheureusement, ce dernier ne s’est pas présenté.

C’est la deuxième fois déjà qu’Obiang junior, refuse de se rendre à une convocation judiciaire, en France. En mars dernier, il avait fait l’objet d’une première convocation et ne s’y était pas rendu, rappelle le Monde.

Interrogé par l’AFP, l’avocat d’Obiang, Me Emmanuel Marsigny s’en défend: 

«M. Obiang bénéficie d'une immunité de juridiction en tant que vice-président de Guinée Equatoriale et ne pouvait donc se rendre à une telle convocation».

Avant d’ajouter :

«Un tel mandat d'arrêt serait nul en raison du statut de M. Obiang et est un non-événement».

Lu sur La Croix

A lire aussi

La shizophrénie de Washington au sujet du clan Obiang

Le monde selon Obiang fils (1/2)

Le monde selon Obiang (2/2)

Teodorin Obiang, l'enfant pourri gâté