SlateAfrique

mis à jour le

Les cinq endroits les plus chauds d'Afrique (CARTE INTERACTIVE)

Un classement élaboré par le magazine américain Foreign Policy distingue les
endroits les plus chauds au monde. Sur les dix lieux identifiés, cinq sont
africains.En Afrique, pas besoin de migrer vers le sud pour trouver de la chaleur. Sans surprise,
ce sont les voisins du Sahara qui remportent la palme. Plus surprenant, ces
températures n’effraient pas les milliers de personnes qui continuent de s’y
installer, bravant parfois les… 58 degrés Celsius.

  • El Azizia (Libye),  58 C°

La température à l’ombre la plus élevée en Afrique a été
enregistrée à El Azizia. La ville n’est que quatrième au classement, derrière l’Iran
(70 degrés), l’Australie (69 degrés) et la Chine (66,6 degrés). El Azizia,
située au Nord-Ouest du pays est balayée par les vents du désert du Sahara, qui
peuvent faire varier les températures de presque 20 degrés en quelques heures.La chaleur n’effraie pour autant pas les quelques
300.000 âmes qu’abrite la ville. Malgré la température moyenne annuelle de
48 degrés, El Azizia est un haut-lieu du commerce entre les côtes méditerranéennes
et les régions du sud de la Libye.

  • Ghadamès (Libye), 55 C°

La Libye renferme les deux endroits les plus chauds d’Afrique.
Surnommée la perle du Sahara, l’oasis de Ghadamès est inscrit depuis 1986 au patrimoine
mondial de l’humanité par l'Unesco.
«La plupart des
rues de la ville sont couvertes pour faire de l’ombre aux 7.000 Berbères
qui y vivent
», décrit Foreign policy. Car ici, la température moyenne pendant
les mois les plus chauds est de 41 degrés. «Une
promenade  de santé comparé à la
brutalité des records de la ville»,
commente la revue américaine. Le record
enregistré est de quelques 55 degrés…

  • Kebili (Tunisie), 55 C°

Kebili, au centre de la Tunisie est assez proche de
Ghadamès. Comme la ville libyenne, le record est de 55 degrés. «Malgré la chaleur caniculaire et les hivers
glacials, Kebili est la plus vieille ville peuplée de Tunisie»,
rapporte Foreign
Policy. Plus de 18.000 personnes y vivent.

  • Tombouctou (Mali), 54,4 C°

Dans cette ville du Nord-Mali qui fait tristement la Une des
journaux, le record de chaleur est de 54,4 degrés. Classé au patrimoine mondial de l’humanité
par l’Unesco, la «ville aux 333 saints»  est connue pour ses manuscrits, tombeaux et
mosquées. La cité a prospéré du XVe au XVIe siècle grâce au commerce et à son
université islamique mondialement reconnue. La chaleur étouffante, qui atteint
les 42 degrés de moyenne en mai, n’empêche pourtant pas Ansar Dine de détruire le
patrimoine de la ville
. Plus de 32.000 personnes résident à Tombouctou,
désormais aux mains des islamistes radicaux.

  • Wadi Halfa (Soudan), 52,8 C°

La ville, frontalière avec l’Egypte, se situe dans une
vallée, aux portes du désert de Namibie. Plus de 15.000 âmes habitent la
cité, dont le record de chaleur culmine à 52,8 degrés. Bordée par le lac
Nasser, «la ville s’enorgueillit de ses ruines, d’une valeur inestimable», explique
Foreign Policy. Lors des mois d’été, la température moyenne y est de 42,2
degrés. La cité soudanaise, grâce à sa position stratégique, est toujours un haut lieu du commerce
régional. 
Afficher Les 5 endroits les plus chauds d'Afrique sur une carte plus grande
Lu sur Foreign PolicyA lire aussiMali - Ansar Dine, islamistes déstructeurs de mosquées à Tombouctou (Vidéo)Les cinq nouvelles merveilles africaines (carte interactive)