SlateAfrique

mis à jour le

Guide de l'été - Visiter le Kenya autrement

C’est les vacances, vous décollez bientôt pour le Kenya? Le National Geographic a publié deux chroniques qui vous intéresseront sûrement. Elles s'intitulent «Kenya, hors des sentiers battus» (#1 et  #2).

Ces chroniques prennent le parti de vous faire découvrir des sites naturels ou historiques traditionnellement hors des circuits touristiques traditionnels:

«Kenya et tourisme riment souvent ensemble. Résultat: impossible de parcourir le pays sans croiser de nombreux autres visiteurs. Un Kenya pourtant plus authentique se cache là, quelque part.»

Première étape: la Vallée du grand Rift, colonne vertébrale du pays, où «les montagnes se dressent au-dessus de la savane; les terres sèches et ocres succèdent aux forêts denses et vertes».

Le lac Elementaita, l’un des grands lacs du Kenya déclaré au patrimoine mondial de l’Unesco en 2011, est un véritable trésor pour qui s’intéresse à l’ornithologie (voir album photo).

Un guide masaï s’approche, et évoque les traditions de sa culture, notamment sur la médecine. La plupart des Masaïs refusent de se faire soigner à l’hôpital. Ils préfèrent une médecine traditionnelle ayant recours à des plantes environnantes.

«La réserve recèle de trésors de phytothérapie: de l’arbuste à valeur culturelle, voire spirituelle, aux buissons permettant de guérir un simple rhume. En passant par la plante capable de guérir les hommes des maladies sexuellement transmissibles…»

Un peu d’histoire ensuite avec l’arrivée à Mombasa et la visite de Fort Jesus par un guide local, Moubarak Abdul Gadir.

Cette citadelle a été construite par les Portugais en 1593 avec comme objectif le contrôle du port de Mombasa, à l’époque, étape incontournable de la Route des Indes.

Son histoire est riche de l’influence de différentes civilisations, raison pour laquelle le mounument a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco:

«La fierté du maître des lieux réside dans une seule porte. Façonnée par les swahili, durant le règne du sultanat d’Oman, elle est gravée de symboles indiens, africains, arabes et européens. Un métissage ethnique qui se retrouvent partout à Mombasa, dans l’ambiance et les visages de la vieille ville

Lu sur National Geographic

A lire aussi:

Tégla Loroupe, la Kényane qui court contre les préjugés

Le Kenya, toujours plus branché

Nairobi, capitale de l'humanitaire