SlateAfrique

mis à jour le

Afrique du Sud - Les lions traqués pour leurs pouvoirs sexuels présumés

C’est une découverte macabre qu’a faite la police sud-africaine. En septembre dernier, lors du démantèlement d’un trafic de corne de rhinocéros, les policiers ont mis à jour un autre type de trafic. Cette fois-ci, ce sont les lions qui en sont la cible.

Selon Afriquinfos.com, des centaines de lions sud-africains en captivité ont été massacrés. Les os du grand fauve seraient très prisés par la population locale, qui lui attribue des vertus censées doper leurs performances sexuelles.

La situation émeut et préoccupe les associations de défense des animaux. A l’image de Avaaz, qui a lancé une pétition en ligne. Le but: exiger que le président sud-africain Jacob Zuma interdise le trafic de lions.

La pétition, lancée le 28 juin dernier, a déjà récolté plus de 670.000 signatures.

Mais la demande continue de progresser. Conséquence, les prix augmentent.

«En 2010, un squelette de lion était estimé a 4.000 dollars, aujourd’hui son prix s’élève à 10.000 dollars», déplore l’association de défense Lion Aid.

Les lions sauvages ne seraient plus que 20 000 en Afrique

Le marché asiatique est désormais demandeur. Cette croissance inquiète d’autant plus que désormais, les lions de la savane sont aussi visés par ces attaques.

Or, rappelle l’association Avaaz, il ne reste plus que 20.000 lions sauvages sur le continent africain.

Lu sur Afriquinfos.com

A lire aussi

Comment chiper le casse-croûte d'un lion affamé?

Le président Jacob Zuma veut-il vraiment lutter contre la corruption?