SlateAfrique

mis à jour le

Comment la contraception sauve des femmes (VIDEO)

250 délégués de 25 Etats, ONG et organismes internationaux s’étaient réunis, le 11 juillet, à Londres, pour un sommet en faveur de la planification familiale dans les pays les pauvres du globe, rapporte le Daily Telegraph.

Organisé par la fondation Melinda et Bill Gates, la Grande-Bretagne et le Fonds des Nations Unies pour la population, l’objectif de ce sommet était d'aider, d’ici 2020, un total de 380 millions de femmes et de filles dans les pays en voie de développement, via la délivrance de moyens de contraception.

«L'accès à la contraception moderne est un droit fondamental de chaque femme. Au même titre que ce droit, il importe de respecter la dignité des femmes en leur offrant un éventail d'options de planification familiale et la liberté de faire leur propre choix», a affirmé ce jour-là le Dr Margaret Chan, directrice générale de l'OMS (Organisme mondiale de la Santé).

Aujourd'hui, on compte plus de 200 millions de femmes et d'adolescentes dans les pays en voie de développement, qui ne veulent pas tomber enceintes et n'ont pourtant pas accès à la prévention, la contraception et aux soins, rappelle le quotidien français Le Parisien.

Le Daily Telegraph, mentionne, quant à lui, que chaque deux minutes, une femme meurt des suites de complications dues à sa grossesse, dans les pays sous-développés.

Par cet engagement, les acteurs internationaux, présents à Londres, espèrent permettre aux femmes de chaque pays du monde d'accéder à des moyens de contraception efficaces.

Lors de la réunion du 11 juillet, la Grande-Bretagne avait, d’ores et déjà, fait savoir qu’elle doublerait son aide aux pays en voie de développement.

Le secrétaire britannique du ministère pour le développement international, avait annoncé que l’aide pour la planification familiale augmenterait de 114 millions à 228 millions d'euros, soit plus de 1,9 milliard d'euros sur 8 ans.

Une étude, publiée par la revue médicale britannique The Lancet, affirme que «la contraception permet de sauver la vie de près de deux cent cinquante mille femmes dans le monde chaque année et pourrait en sauver cent mille de plus si toutes les femmes disposaient de moyens contraceptifs adéquats.»

«Si toutes les femmes qui le souhaitent avaient accès à la contraception dans les pays en développement, le nombre des morts maternelles pourrait encore baisser de 30 %», estime cette même étude, dirigée par John Cleland, de l'école d'hygiène et de médecine tropicale de Londres, et citée par le monde.fr.

Le ministère britannique pour le Développement international (DFID) a récemment publié une vidéo montrant des femmes au Malawi dont certaines bénéficient du planning familial et d’autres qui souhaiteraient y avoir accès.

Lu sur the Daily Telegraph, Le Parisien, Le Monde

A lire aussi

Rwanda - La contraception passe par la vasectomie

Sida: les dangers méconnus d'une contraception

En Ouganda, la contraception est affaire de femmes