mis à jour le

Nigeria: 16 morts et des dizaines de disparus, Boko Haram intensifie ses attaques

Au moins seize personnes ont été tuées et des dizaines d'autres sont portées disparues à la suite d'une série d'attaques perpétrées dans le nord-est du Nigeria par des membres présumés de Boko Haram, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Un homme a été abattu mardi alors qu'il travaillait sur sa ferme, dans le village de Gremari, à 13 km de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno.

Plus au nord, autour des villages de Kazaa et Daraa, à cinq km de la ville de garnison de Monguno, des membres de la milice civile combattant le groupe jihadiste ont retrouvé 15 corps dans les champs, à la suite d'attaques lundi contre des villageois. 

"Nos membres ont retrouvé 15 corps provenant de fermes autour des villages voisins de Kazaa et de Daraa", a déclaré à l'AFP le chef de la milice Ibrahim Liman. 

"Trente-cinq autres personnes sont toujours portées disparues et les recherches se poursuivront aujourd'hui" mercredi, a-t-il déclaré. 

Les agriculteurs vivent pour la plupart dans les camps de déplacés de Monguno, où des milliers de personnes ont trouvé refuge face aux combats entre l'armée nigériane et le groupe jihadiste.  

Mari Bulama, un habitant de Monguno, a rapporté à l'AFP que les insurgés avaient ouvert le feu sur les hommes alors qu'ils travaillaient les champs. 

"Nous avons enterré 15 d'entre eux hier", a déclaré Mari, arrivé à Maiduguri mardi en provenance de Monguno, situé à 135 km. 

Un camp de la faction affiliée au groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) se situe près de la ville de Zulum, à 20 km de Monguno, d'où seraient partis les combattants.  

Une attaque similaire, qui ressemble à une mise en garde contre ceux qui pourraient collaborer avec l'armée nigériane ou les milices, s'est déroulée à Gremari, faisant un mort, a rapporté à l'AFP un autre milicien, Umar Ari. 

"Les autres villageois ont fui et sont ensuite revenus récupérer le corps de leur voisin", a-t-il ajouté. 

Le gouvernement et l'armée nigériane affirment que les jihadistes de Boko Haram sont pratiquement éradiqués mais Boko Haram contrôle encore une grande partie du territoire sur les pourtours du lac Tchad et mène de nombreuses attaques notamment contre les cibles militaires faisant des dizaines de victimes. 

Le conflit a causé la mort de plus de 27.000 personnes depuis 2009 et près de deux millions de personnes ont été déplacées de la région du lac Tchad. 

attaques

AFP

Nigeria: 44 soldats et une dizaine de civils tués dans des attaques de Boko Haram

Nigeria: 44 soldats et une dizaine de civils tués dans des attaques de Boko Haram

AFP

RDC: 6 morts dans des attaques attribuées aux rebelles ougandais

RDC: 6 morts dans des attaques attribuées aux rebelles ougandais

AFP

Boko Haram au Nigeria: Shekau revendique de récentes attaques

Boko Haram au Nigeria: Shekau revendique de récentes attaques

haram

AFP

Sommet des pays du lac Tchad consacré

Sommet des pays du lac Tchad consacré

AFP

Nigeria: deux nouvelles bases militaires attaquées par Boko Haram

Nigeria: deux nouvelles bases militaires attaquées par Boko Haram

AFP

Nigeria: trois soldats tués, un détachement mis en déroute par Boko Haram

Nigeria: trois soldats tués, un détachement mis en déroute par Boko Haram

morts

AFP

Ebola en RDC: la barre des 300 morts dépassée

Ebola en RDC: la barre des 300 morts dépassée

AFP

Ebola en RDC: l'Ouganda inquiet se prépare, des milliers de morts évités selon Kinshasa

Ebola en RDC: l'Ouganda inquiet se prépare, des milliers de morts évités selon Kinshasa

AFP

Migrants morts après 11 jours en mer: une ONG en appelle

Migrants morts après 11 jours en mer: une ONG en appelle