mis à jour le

Maroc: trois nouveaux décès dans l'effondrement d'une mine

Trois personnes sont mortes et trois autres ont été blessées mardi dans l'effondrement d'un puits de zinc et de plomb près de l'ex-cité minière de Jerada, dans le nord-est du Maroc, ont annoncé les autorités locales.

La semaine dernière, deux décès accidentels avaient déjà endeuillé la ville de Jerada, agitée en début d'année par un mouvement de protestation sociale lui-même provoqué par des effondrements tragiques de puits abandonnés.

Deux frères avaient été ensevelis fin décembre dans un puits désaffecté et au moins deux autres décès accidentels étaient survenus dans des conditions similaires les deux mois suivants.

L'accident de mardi est survenu "dans une galerie traditionnelle exploitée par une coopérative détenant un permis", ont ajouté mardi les autorités locales, citées par l'agence officielle MAP. Une enquête a été ouverte sur les causes de l'effondrement, selon la même source.

Bastion de la lutte syndicale au Maroc, Jerada a été profondément affectée par la disparition de son activité principale à la fin des années 1990, avec la fermeture d'une importante mine de charbon qui employait alors quelque 9.000 ouvriers.

Depuis la fermeture de la mine des "Charbonnages du Maroc", jugée non rentable, des centaines d'hommes continuent de s'aventurer dans des puits désaffectés pour extraire du charbon de façon artisanale et le vendre à des négociants locaux, surnommés localement les "barons" et dotés de permis de commercialisation.

Les décès accidentels survenus fin 2017-début 2018 dans les puits de Jerada avaient entraîné de grandes manifestations, les habitants de cette ville classée parmi les plus pauvres du Maroc demandant une alternative aux mines.

Les autorités avaient annoncé une série de mesures pour relancer l'économie locale, promis de fermer les puits abandonnés, présenté un plan de reconversion pour créer des emplois et interdit toute "manifestation illégale".

Des manifestations avaient cependant continué: 95 personnes avaient été arrêtées et 25 ont été jugées depuis, selon un avocat qui a défendu quelques uns des prévenus.

Neuf manifestants ont été condamnés la semaine dernière à des peines de trois à cinq ans de prison ferme, notamment pour "destruction de bien publics, incitation à commettre des crimes et délits ou participation à une manifestation non autorisée".

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: quatre agriculteurs tués dans une attaque de Boko Haram  Régions anglophones au Cameroun: au moins 5 personnes kidnappées, 80 autres dépuillées  Algérie: le camp Bouteflika se fissure, selon les analystes 

décès

AFP

La santé publique tunisienne vivement critiquée après le décès de 12 bébés

La santé publique tunisienne vivement critiquée après le décès de 12 bébés

AFP

Tunisie: le ministre de la Santé démissionne après le décès de 11 bébés

Tunisie: le ministre de la Santé démissionne après le décès de 11 bébés

AFP

Algérie: décès du président du Conseil constitutionnel

Algérie: décès du président du Conseil constitutionnel

mine

AFP

Mali: au moins six militaires maliens tués dans l'explosion d'une mine

Mali: au moins six militaires maliens tués dans l'explosion d'une mine

AFP

Centre du Mali: neuf soldats maliens de la force du G5 Sahel tués dans l'explosion d'une mine

Centre du Mali: neuf soldats maliens de la force du G5 Sahel tués dans l'explosion d'une mine

AFP

Huit mineurs clandestins secourus d'une mine d'or inondée au Zimbabwe

Huit mineurs clandestins secourus d'une mine d'or inondée au Zimbabwe