mis à jour le

Mali: trois civils tués dans une attaque suicide contre un sous-traitant de l'ONU

Au moins trois civils maliens ont été tués et quatre étrangers travaillant pour un sous-traitant de l'ONU spécialisé dans le déminage blessés lundi soir dans un attentat suicide à Gao, dans le nord du Mali, revendiqué par un groupe lié à Al-Qaïda, a-t-on appris de sources concordantes.

"Vers 20 heures (GMT et locales), un véhicule 4×4 piégé a fait irruption dans la cour d'une résidence au 8e quartier de Gao sur la route +Wabaria+. L'explosion de la charge contenue dans le ledit véhicule a coûté la vie à trois civils, blessant deux autres, selon un bilan provisoire", a indiqué dans un communiqué le ministère de la Sécurité et de la Protection civile.

"La déflagration a également endommagé les habitations avoisinantes", ajoute le ministère, en assurant que les forces de défense et de sécurité, appuyées par les forces partenaires (internationales) sur le terrain, sont "à pied-d'oeuvre pour la gestion de ce malheureux incident".

"Des civils maliens qui habitaient non loin du bâtiment attaqué ou qui passaient par là ont perdu la vie", a indiqué un élu local contacté par l'AFP, évoquant au moins deux tués parmi les civils.

"Deux Cambodgiens, un Sud-Africain et un Zimbabwéen travaillant pour une société sous-traitants de l'UNMAS (le service de déminage de l'ONU) ont été blessés lundi lors d'une attaque terroriste à Gao", a de son côté déclaré à l'AFP une source diplomatique occidentale au Mali.

L'attaque a été revendiquée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM ou JNIM, selon l'acronyme arabe), principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda.

"Un chevalier du GSIM, le héros martyr Oussama Al-Ansary, a pu grâce à Allah cibler il y a quelques instants à 19h15 GMT les forces des envahisseurs croisés en faisant exploser son véhicule piégé dans un site regroupant des forces britanniques, allemandes et canadiennes dans le centre-ville de Gao", indique le texte diffusé par Al-Qaïda dans la soirée.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes, en grande partie dispersés par une intervention militaire lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France. 

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

AFP

Ses derniers articles: Présidentielle en Côte d'Ivoire : Gbagbo appelle au dialogue sous peine de "catastrophe"  Election présidentielle sous tension en Côte d'Ivoire où Ouattara brigue un 3e mandat  Tanzanie: l'opposant Tundu Lissu rejette en bloc l'élection de mercredi 

attaque

AFP

Cameroun : au moins huit écoliers tués dans une attaque en zone anglophone

Cameroun : au moins huit écoliers tués dans une attaque en zone anglophone

AFP

RDC: EI revendique une attaque contre la prison de Beni, des centaines de détenus en fuite

RDC: EI revendique une attaque contre la prison de Beni, des centaines de détenus en fuite

AFP

Niger: la réserve des girafes menacée, après une attaque jihadiste

Niger: la réserve des girafes menacée, après une attaque jihadiste

civils

AFP

RDC: en Ituri, la détresse des civils pris entre l'armée et une secte politico-militaire

RDC: en Ituri, la détresse des civils pris entre l'armée et une secte politico-militaire

AFP

Au Mali, putsch ou pas, rude quotidien pour les civils et soldats

Au Mali, putsch ou pas, rude quotidien pour les civils et soldats

AFP

Les voisins du Mali donnent 8 jours

Les voisins du Mali donnent 8 jours

l'ONU

AFP

Libye: mesures concrètes pour une sortie de crise, l'ONU "assez" optimiste

Libye: mesures concrètes pour une sortie de crise, l'ONU "assez" optimiste

AFP

Libye: l'envoyée de l'Onu "assez optimiste" sur la possibilité d'un cessez-le-feu

Libye: l'envoyée de l'Onu "assez optimiste" sur la possibilité d'un cessez-le-feu

AFP

Cameroun: les experts des droits de l'homme de l'ONU demandent "de libérer" Kamto

Cameroun: les experts des droits de l'homme de l'ONU demandent "de libérer" Kamto