SlateAfrique

mis à jour le

RDC - La police congolaise a-t-elle du sang sur les mains dans l'affaire Chebaya?

De nouvelles révélations dans l’affaire Chebaya, le défenseur des droits de l'homme congolais assassiné dans des circonstances troubles.

C’est le réalisateur belge, Thierry Michel,  auteur du documentaire «l’affaire Chebaya: crime d’Etat?», qui a dévoilé le 10 juillet ces informations devant le Parlement européen, rapportées par RFI. Thierry Michel avait été refoulé la veille de l’aéroport de Kinshasa.

Le cinéaste dispose du témoignage de Paul Mwilambwe. Selon RFI, ce policier congolais aurait été jugé par contumace lors du procès Chebaya. Il serait actuellement «en fuite dans un pays d’Afrique».

Paul Mwilambwe met directement en cause le chef de la police congolaise, John Numbi. «Son témoignage doit être pris avec toutes les précautions d’usage», rappelle RFI.

D'après le policier en fuite, John Numbi aurait remis «500.000 dollars au major Christian Ngoy en échange de l’élimination de Floribert Chebaya.»

Le 1er juin 2010, jour de l’assassinat du directeur de l’ONG la Voix des sans voix, Paul Mwilambwe est à l’inspection générale de la police. Il vient d’interroger Floribert Chebaya. Il aurait assisté à son assassinat via les caméras de surveillance, depuis son bureau. Il voit le défenseur des droits de l’Homme en train de s’étouffer, affirme-il. Des sacs en plastique sont scotchés sur sa tête.

Le récit, repris par RFI se poursuit: «il trouve Floribert à l’agonie et son chauffeur tué un peu plus tôt». Paul Mwilambwe affirme que Fidèle Bazana, ami et chauffeur de Chebaya est «enterré dans une fosse commune», dont il assure connaître le lieu.

Le témoignage de Paul Mwilambwe ne s’arrête pas là. Floribert Chebaya aurait été assassiné en raison des informations qu’il détenait sur des massacres perpétrés par des policiers en 2007 et 2008. «Des informations qu’il avait l’intention de transmettre au roi Albert II à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance», précise RFI.

Le procès Chebaya doit reprendre le 17 juillet prochain. «Le tribunal devrait alors statuer sur la demande des parties civiles de voir John Numbi comparaître comme prévenu», conclu RFI.

Lu sur RFI

A lire aussi

RDC : Qui a tué le Martin Luther King congolais ?

A Kinshasa, la chasse aux journalistes est ouverte