mis à jour le

Hu Jintao, le président chinois et Jacob Zuma, le président sud-africain. © REUTERS/Victor Ruiz
Hu Jintao, le président chinois et Jacob Zuma, le président sud-africain. © REUTERS/Victor Ruiz

L'impact bénéfique des investissements chinois en Afrique

La présence croissante de la Chine sur le continent alimente toutes sortes de débats, tout comme les implications géopolitiques des relations des entreprises chinoises et occidentales en Afrique.

Le cas du projet pétrolier Rônier de la China National Petroleum Company (CNPC) est particulièrement intéressant.

Il met en scène à la fois la première compagnie pétrolière chinoise —une entreprise publique— et un Etat, le Tchad, appartenant au groupe des Pays les moins avancés (PMA), dont l’histoire politique et pétrolière mouvementée oscille entre «malédiction des ressources naturelles» et tentatives d’y échapper.

Ce cas concret, qui permet de dépasser les postures idéologiques, mêle ainsi un cocktail pétrole, Chine et Afrique, que nous avons choisi d’aborder par la régulation environnementale, pour des raisons pratiques —car ce thème soulève moins de réticences que celui de la gouvernance—, tout en espérant qu’il fournirait des enseignements plus larges chemin faisant.

Un impact environnemental «normal»

Premier enseignement, le projet Rônier n’a pas eu d’impacts environnementaux extraordinaires. Cela tient pour partie à la taille et aux caractéristiques de ce projet.

Modeste dans sa première phase (2009-2011), il consiste à développer 80 puits de pétrole reliés par un oléoduc de 311km à une petite raffinerie située près de la capitale tchadienne, N’Djaména.

Par ailleurs, les milieux traversés, des savanes soudano-sahéliennes peu peuplées, présentent une vulnérabilité limitée, en dehors d’une traversée par l’oléoduc du fleuve Chari, principal tributaire du lac Tchad.

Mais les dispositifs et les pratiques de régulation environnementale de la CNPC ont aussi leur part dans ses débuts sans histoire.

Ils reflètent une dizaine d’années d’apprentissage accélérée de la Chine en matière de gestion environnementale, en réaction aux désastres de la croissance incontrôlée, mais aussi quelques limites.

Maillage serré de règles de différents types (nationales, provinciales; sectorielles, d’entreprises); origine hybride de nombreux référentiels, associant emprunts aux pratiques internationales et chinoises; progrès réels en dépit de difficultés persistantes de mise en œuvre.

Le rythme de réalisation des deux impacts d’étude environnementale (EIE) du projet Rônier est révélateur.

L’EIE de la raffinerie, financée avec une implication de l’Eximbank (la banque d’Import-Export chinoise, propriété de l’Etat), qui exige depuis 2007 de telles études, a été menée plus rapidement que celle des champs de pétrole et de l’oléoduc.

Celle-ci, livrée après la fin des travaux, a de fait exploité des brèches des législations tchadienne (décrets d’application de la loi sur les EIE pas votés) et chinoise (loi sur les études d’impact environnemental non-applicable à l’étranger).

La CNPC se distingue surtout par la modestie de ses dispositifs de communication et d’information, propice au soupçon.

Enfin, l’influence du milieu d’accueil dans la gestion environnementale ne doit pas être sous-estimée.

Le projet pétrolier de Doba (dans la onzième ville du Tchad, 18.000 habitants), mis en service en 2003 par un consortium dirigé par le groupe américain Exxon, avec l’appui de la Banque mondiale, a permis au Tchad des progrès et apprentissages multiformes, en dépit des problèmes rencontrés.

Législation environnementale et pétrolière étoffée; formation de ressources humaines; capacités de la société civile renforcées. La circulation des expériences permises par celles de quelques cadres qui passent de structures gouvernementales appuyées par la Banque mondiale au secteur privé, ou d’Exxon à la CNPC, n’est pas sans effets.

Ce n’est pas un hasard si les dispositifs de compensation et de réinstallation des populations riveraines des infrastructures mis en œuvre par la CNPC ressemblent à s’y méprendre à ceux d’Exxon, répondant ainsi à des standards internationaux reconnus.

Normes environnementales et «coopétition» sino-occidentale

Ces convergences pragmatiques pourraient bien se révéler utiles pour répondre à de nouveaux enjeux.

En effet, une deuxième phase de la stratégie de la CNPC au Tchad vise, plus classiquement, l’exportation de l’excédent entre le pétrole traité par la raffinerie (au maximum 20.000 barils par jour) et une production appelée à augmenter avec le forage de nouveaux puits (rapidement 60.000 b/j).

La solution la plus simple consisterait à utiliser l’oléoduc exploité par le consortium de Doba à moitié de sa capacité (225.000 b/j) depuis quelques années. Un accord semble avoir été conclu en ce sens, début 2012 entre Exxon et la CNPC.

Or, d’après les termes de l’accord de prêt conclu en 2001 avec la Banque mondiale, l’utilisation de l’oléoduc entre Doba, au Tchad, et Kribi, au Cameroun, est conditionnée par le respect des standards environnementaux du groupe de la Banque mondiale.

Pour connecter ses nouveaux champs de pétrole à l’oléoduc, la CNPC devra rendre compatibles ses standards avec ceux d’Exxon. Mais comment les deux acteurs (chinois et américain) interpréteront-ils cet impératif?

La CNPC utilisera-t-elle cette opportunité pour améliorer ses pratiques et sa réputation en matière de gestion environnementale, ou bien se contentera-t-on d’une convergence a minima, traduisant le primat des mobiles économiques (rentabilisation de l’infrastructure pour Exxon, besoin d’exporter pour la CNPC)?

La connexion des deux oléoducs en dira long tant sur les relations entre les deux acteurs que sur la place de l’enjeu environnemental dans leurs stratégies respectives.

Quelle contribution au développement national?

Ces questions nous ramènent au premier débat mentionné: l’influence croissante de la Chine en Afrique, mue par ses besoins en matières premières et basée sur des relations politiques avec les régimes africains, ne fait-elle qu’aggraver les symptômes de la «malédiction des ressources naturelles» (corruption, autoritarisme, conflits)?

Sur ce plan aussi, le projet chinois au Tchad dessine un tableau nuancé.

L’installation de la CNPC au Tchad a coïncidé, en 2007, avec une baisse d’intensité du conflit tchado-soudanais imbriqué à celui du Darfour: la Chine a de toute évidence contribué à apaiser les tensions entre ses deux alliés.

Surtout, la première étape du projet Rônier fut originale, puisqu’elle prévoyait une valorisation nationale des ressources pétrolières, à travers la raffinerie de Djermaya (à une quarantaine de kilomètres de la capitale tchadienne), qui fournit des produits pétroliers au marché intérieur et un peu d’énergie au réseau électrique.

Les premiers mois furent néanmoins difficiles: l’entrée en service de la raffinerie fin 2011 s’accompagna d’un bras de fer entre le gouvernement tchadien, soucieux de fixer un prix «social» du carburant, et des partenaires chinois préoccupés de la viabilité économique de leur investissement. Les équilibres restent à trouver.

La deuxième étape est plus classique: l’exportation de la CNPC viendra alimenter la rente pétrolière nationale, sans qu’on sache encore si elle sera concernée par les mécanismes de pré affectation vers les secteurs socio-économiques prioritaires et de transparence inaugurés, non sans mal, dans le cadre du projet Doba.

Même si le recul manque encore, l’investissement de la CNPC dans un pays comme le Tchad ne semble pas, selon nous, foncièrement différent dans sa nature et ses effets de ceux des entreprises occidentales.

En élargissant l’éventail des partenaires, la Chine élargit l’espace politique des Etats africains. L’augmentation de la rente pétrolière, qu’elle que soit l’origine de l’entreprise qui la fournit, rend à l’Etat la possibilité de mettre en œuvre des politiques publiques, après en avoir été privé durant les décennies de l’ajustement structurel.

Les interactions des entreprises chinoises avec leurs environnements d’accueil obéissent à un certain pragmatisme, mais les signaux auxquels elles sont les plus sensibles méritent encore d’être mieux compris.

Géraud Magrin et Geert van Vliet 

A lire aussi

Et si la Chine aidait vraiment l'Afrique

La percée de l'Inde en Afrique menace-t-elle la Chine?

Bénin - Pourquoi la coopération chinoise est impopulaire

L'Algérie, une province chinoise?

Lieve Joris brise les clichés entre l'Afrique et la Chine

Quand Pékin fait main basse sur l'Afrique

Géraud Magrin et Geert van Vliet

Géraud Magrin est chercheur au Cirad depuis 2001. Il y mène des recherches sur les dimensions territoriales des trajectoires du développement en Afrique de l’Ouest et centrale. Geert van Vliet est chercheur au Cirad depuis 2002.Il est co-animateur du Network for Applied Research on Mining, Oil and Gas Activities (NARMA).

Ses derniers articles: La Chine en Afrique n'est pas pire que l'Occident 

Chine

AFP

RDC: contestation de la cession d'un terrain scolaire

RDC: contestation de la cession d'un terrain scolaire

AFP

Ticad: le Japon en terre africaine, gardant un oeil ce qu'y fait la Chine

Ticad: le Japon en terre africaine, gardant un oeil ce qu'y fait la Chine

AFP

Nouvelles expulsions de Taïwanais du Kenya vers la Chine

Nouvelles expulsions de Taïwanais du Kenya vers la Chine

environnement

Environnement

La COP22 de Marrakech aura surtout été bénéfique au tourisme marocain

La COP22 de Marrakech aura surtout été bénéfique au tourisme marocain

Environnement

En Afrique, la pollution de l'air tue mais personne ne veut le voir

En Afrique, la pollution de l'air tue mais personne ne veut le voir

Nature

Où passer des vacances «vertes» en Afrique?

Où passer des vacances «vertes» en Afrique?

investissements

AFP

A Alger, Cazeneuve trouve une porte rouverte aux  investissements français

A Alger, Cazeneuve trouve une porte rouverte aux investissements français

AFP

Les investissements en Afrique, clé contre la migration clandestine, selon l'UE

Les investissements en Afrique, clé contre la migration clandestine, selon l'UE

AFP

Mozambique: crise des matières premières et investissements publics hasardeux font plonger l'économie

Mozambique: crise des matières premières et investissements publics hasardeux font plonger l'économie