mis à jour le

Somalie: au moins 41 morts dans l'attentat islamiste de vendredi

Le bilan de l'attentat aux voitures piégées vendredi près d'un hôtel du centre de Mogadiscio, la capitale de la Somalie, est passé à au moins 41 morts, plusieurs personnes ayant succombé à leurs blessures, a-t-on appris samedi de source policière.

"Le nombre de morts a augmenté. Les informations que nous avons reçues des différents hôpitaux indiquent que le nombre des morts est passé à 41 et que 106 personnes ont été blessées", a déclaré à l'AFP un responsable de la police, Ibrahim Mohamed.

Le précédent bilan, établi vendredi de source sécuritaire, était "d'environ 20 morts (...) et plus de 40 blessés".

"Plus de 100 personnes ont été blessées dans l'attaque d'hier (vendredi) et certaines ont succombé à leurs blessures dans la nuit", a confirmé à l'AFP un autre responsable sécuritaire, Abdirahman Osman, ajoutant que "près de 50 personnes ont été confirmées mortes".

Selon des sources sécuritaires et des témoins, deux voitures piégées ont explosé presque simultanément vendredi après-midi à proximité de l'hôtel Sahafi, où ont l'habitude de séjourner des responsables politiques somaliens. 

Un kamikaze a ensuite actionné son gilet explosif devant cet hôtel, déjà frappé par une attaque en 2015, et des hommes armés ont tenté sans succès de pénétrer dans le bâtiment, avant d'être abattus.

"La plupart des personnes (tuées) étaient des civils et près de 20 d'entre elles sont mortes dans les minibus qui passaient sur la route au moment de l'explosion", a expliqué un témoin, Ibrahim Mohamed.

L'attaque a été revendiquée par les insurgés islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda et qui ont juré la perte du gouvernement fédéral somalien, soutenu par la communauté internationale et les 20.000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Le président du Parlement somalien, Mohamed Mursal, a accusé les shebab d'avoir délibérément visé des civils. Les shebab estiment que la cible était légitime, l'hôtel abritant des responsables gouvernementaux.

"Ces terroristes ont massacré des civils alors que les gens étaient sortis pour profiter du week-end. J'appelle les Somaliens à s'unir contre ces tueurs", a déclaré M. Mursal à la presse.

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides y compris à Mogadiscio, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

AFP

Ses derniers articles: Au Niger, les humanitaires "affligés par la barbarie" de l'attaque de Kouré  Maurice: le temps presse pour pomper le carburant du bateau échoué  Niger: l'armée traque les hommes armés qui ont tué huit personnes, dont six Français 

Islamiste

AFP

Algérie: le principal parti islamiste accepte de dialoguer avec le président

Algérie: le principal parti islamiste accepte de dialoguer avec le président

AFP

Tunisie: le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, entre système et révolution

Tunisie: le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, entre système et révolution

AFP

Présidentielle en Algérie: le principal parti islamiste ne présentera pas de candidat

Présidentielle en Algérie: le principal parti islamiste ne présentera pas de candidat

Mogadiscio

AFP

Somalie: les shebab revendiquent l'attentat de samedi

Somalie: les shebab revendiquent l'attentat de samedi

AFP

Somalie: le bilan de l'attentat de Mogadiscio s'alourdit

Somalie: le bilan de l'attentat de Mogadiscio s'alourdit

AFP

Un avion turc évacue des victimes de l'attentat de Mogadiscio

Un avion turc évacue des victimes de l'attentat de Mogadiscio

morts

AFP

Nigeria: au moins 21 morts dans l'attaque de villages au sud de Kaduna

Nigeria: au moins 21 morts dans l'attaque de villages au sud de Kaduna

AFP

Inondations au Soudan: 10 morts et plus de 3.000 maisons détruites

Inondations au Soudan: 10 morts et plus de 3.000 maisons détruites

AFP

Violences en RDC: plus de 1.300 morts au 1er semestre, 3 fois plus que sur la même période en 2019 (ONU)

Violences en RDC: plus de 1.300 morts au 1er semestre, 3 fois plus que sur la même période en 2019 (ONU)