SlateAfrique

mis à jour le

Le Soudan du Sud, une nation aux 99% de sans-papiers

Au Soudan du Sud, acquérir ses papiers d’identité relève du parcours du combattant.

Après un an d’indépendance, force est de constater que l’administration du 193e Etat est défaillante, voire quasi inexistante. Alors qu’il s’agit du plus basique des droits de l'homme, huit millions de personnes attendent toujours d'avoir leurs documents, rapporte The Guardian

La situation est d’autant plus préoccupante que Khartoum a déchu quelques 500.000 personnes de leur nationalité soudanaise depuis août 2011. Et en un an, le Soudan du Sud n’a quant à lui accordé la nationalité qu’à 40.000 personnes.

Selon le quotidien britannique, certaines caractéristiques, plutôt surprenantes, freinent l’accès au précieux sésame, entre autres:

«ne pas "ressembler" à un Sud-Soudanais, venir d’ailleurs que de Juba, appartenir à une petite tribu frontalière ou avoir vécu en dehors du pays lors de la guerre contre Kartoum.» 

Les individus concernés par ces critères doivent fournir toujours plus de justificatifs, et les délais peuvent atteindre des mois.

Certains s’impatientent. Il faut dire que sans papiers d’identité, impossible de travailler, d’ouvrir un compte bancaire, d’avoir accès à l’institution judicaire, et autre privilèges essentiels.

D'après The Guardian, de plus en plus de Sud-Soudanais, persuadés de ne jamais obtenir de papiers, abandonneraient leur candidature en cours.

Le quotidien déplore les risques que prend la nouvelle nation.

«Refuser la citoyenneté à des individus et des communautés affaiblira la stabilité du Sud-Soudan"

Et de rappeler les précédents africains en la matière:

«comme le monde l’a déjà vu en Côte-d’Ivoire, en Ethiopie et en Erythrée, priver un large groupe de personne du droit de vote encourage les conflits.»

The Guardian s’interroge sur les velléités du nouveau pays.

«S’assurer que tous les Sud-Soudanais soient reconnus comme des citoyens à part entière nécessitera beaucoup de volonté politique. Mais alors que le Soudan du Sud fête ses un an, il n’est pas évident que la volonté politique soit toujours présente.»

Lu sur The Guardian

A lire aussi

Sud-Soudan - L'indépndance au goût amer

Les deux Soudan vont-ils de nouveaux rentrer en guerre ?

Cartoon : happy bithday, South Soudan !