SlateAfrique

mis à jour le

Ces Bédouins qui martyrisent les migrants africains aux portes d'Israël (VIDEO)

Ils veulent quitter l'Afrique pour un même objectif: rejoindre Israël.

Un périple douloureux rapporté dans un reportage d'Al-Jazeera.

Souvent originaire de la Corne de l’Afrique, parfois d’Erythrée ou du voisin soudanais, ces migrants africains sont des dizaines à passer entre les mailles des filets sécuritaires égyptiens. Certains accusent même les autorités de complaisance à l’égard de ce trafic humain qui s’organise dans la bande désertique qui sépare l’Egypte d’Israël: le désert du Sinaï.

«Les nombreux migrants qui transitent par la région du Sinaï sont pris en charge par les gangs de Bédouins mêlés dans le trafic de personnes, de drogues et d'armes dans la péninsule», précise la chaîne Al-Jazeera dans un reportage.

L’équipe d’Al-Jazeera est partie à la rencontre de 8 jeunes Erythréens réfugiés dans le désert du Sinaï. Chacun raconte les tortures qu’il a subies de la part des trafiquants bédouins.

L’un d’entre-eux, Ake Mehari, confie qu’il voulait fuir le service militaire en Erythrée. Le voyage lui a coûté des milliers de dollars et ses pieds, dont les blessures rutilantes attirent les mouches.

«Ils nous ont conduit vers le Sinaï Ils m'ont torturé parce que je ne pouvais pas payer», raconte-t-il.

Avant d’ajouter:

«Puis ils ont commencé à me battre. Je les priais de miséricorde, mais les trafiquants ne voulaient rien entendre. Ils voulaient juste de l'argent.»

Lui et ses compagnons de voyage n’auraient peut-être jamais quitté l’Erythrée s' ils avaient eu vent du calvaire de la traversée du Sinaï.

A quelques centaines de la frontière israélienne, ces migrants demeurent à la merci de gangs de trafiquants bédouins équipés de pick up et d’armes.

La question de la complicité des autorités bédouines est directement posée par le reportage mais celles-ci démentent tout laxisme.

Mohammed el Dayri, un responsable de l’agence des réfugiés des Nations Unis préfère mettre l’accent sur la collaboration avec les autorités bédouines pour lutter contre ces trafics humains.

Lu et vu sur Al-Jazeera

A lire aussi

Egypte: le Sinaï de tous les dangers

Israël n'est plus la terre promise des Africains

Des Erythréens sur la route de l'exil torturé en Egypte