SlateAfrique

mis à jour le

Libye - Les libéraux en tête des législatives?

Après un samedi électoral, durant lequel les libyens étaient appelés aux urnes pour élire une Assemblée, les premières tendances, alors que le dépouillement n'est pas encore terminé, portent à croire que ce sont les libéraux qui sont en tête.

C'est la coalition des libéraux elle-même qui l'a annoncé dimanche 7 juillet.

Et pour preuve, rapporte l'AFP:

«Le chef du Parti de la justice et de la construction (PJC), issu des Frères musulmans, Mohamed Sawan, a reconnu de son côté une "nette avance" à Tripoli et Benghazi de l'Alliance des forces nationales (AFN) qui réunit plus de 40 petits partis autour d'architectes de la révolte de 2011.»

Si la victoire se confirmait, ce serait une première. En effet, à la suite des printemps arabes, que ce soit en Tunisie avec Ennahda, ou en Egypte avec les Frères musulmans, ce sont toujours des islamistes qui sont arrivés au pouvoir et ont conquis les majorités. 

Alors que les observateurs craignaient des accrochages et un mauvais déroulement des élections, elles ont dans l'ensemble été chaleureusement saluées par la communauté internationale:

«Malgré des violences et des actes de sabotages de militants autonomistes dans l'Est, les Libyens ont réussi leurs premières élections libres dans une ambiance festive, après des dizaines d'années de dictature sous le régime de Mouammar Kadhafi», continue l'AFP.

Quelques bureaux de vote ont toutefois été fermés le 7 juillet. Mais tous s'accordent pour saluer des élections historiques, près de neuf mois après la mort du dictateur libyen.

Les premières estimations portent sur les formations politiques en compétition pour les 80 sièges réservés aux listes des partis politiques dans la prochaine Assemblée nationale qui compte un total de 200 membres.

Pour les 120 sièges réservés aux candidats individuels, la tendance devrait être la même, dans la mesure où une grande partie des candidats sont soutenus par des partis politiques.

Les resultats définitifs ne seront pas connus avant le 9 juillet au soir, voire le 10.

Lu sur l'AFP

 

À lire aussi

Les Tawargha votent et rêvent de retour

Impossible réconciliation libyenne?

A Tripoli, les squatteurs de Bab-al-Azizia

Libye: une guerre des clans dans le Far West

Libye: est-il raisonnable de voter?