mis à jour le

Christopher Froome vainqueur de la 7e étape du Tour de France, 7 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe
Christopher Froome vainqueur de la 7e étape du Tour de France, 7 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

Le cyclisme africain dans la roue de Chris Froome

Christopher Froome a remporté samedi 7 juillet la première étape de montagne du Tour de France 2012. Ce natif de Nairobi a fait des émules sur le continent. Longtemps en retard, les coureurs africains rattrapent aujourd'hui le peloton mondial. Explication.

À l'œil nu, impossible de discerner les trois coureurs africains qui participent au Tour de France 2012, du reste du peloton.

Comme Christopher Froome (Team Sky), à la peau blanche comme les neiges du Kilimandjaro, les Sud-Africains Robert Hunter (Garmin-Sharp) et Daryl Impey (Orica-GreenEdge) ne deviendront pas les premiers coureurs noirs à s'élancer sur la Grande boucle.

Mais Christopher Froome peut rentrer dans l'histoire à sa manière.

Âgé de 27 ans, ce cycliste à l'aise sur tous les terrains, peut légitimement nourrir l'espoir de monter sur le podium du Tour. Un exploit jamais réalisé par un Africain.

Coéquipier de Bradley Wiggins, le grand favori de l'épreuve, le natif de Nairobi, deuxième de l'édition 2011 de la Vuelta et 4e du dernier Dauphiné Libéré en juin, a une carte à jouer dans une édition qui s'annonce indécise en l'absence d'Andy Schleck et Alberto Contador.

«Je pense qu'il peut gagner le Tour», confie Pierre Carrey, membre de l'Union Cycliste Internationale (UCI) et fin connaisseur du cyclisme africain, interrogé par Slate Afrique. En cas de victoire, ce serait pourtant les couleurs de l'Union Jack qui se dresseraient sur les Champs-Elysées.

Né au Kenya, à Nairobi en 1985, Christopher Froome s'envole pour l'Afrique du Sud lors de son adolescence. De mère Kényane et de père Britannique, il commence sa carrière sous les couleurs du pays de Jomo Kenyatta. Il représente même son pays natal aux Championnats du monde du contre-la-montre en 2006.

Après un passage par l'équipe sud-africaine de la Barloworld, il rejoint la puissante formation Sky en 2009 et opte pour le maillot britannique.

«Mais il reste très africain par son côté extrêmement calme et sa grande patience», dit de lui Pierre Carrez qui l'a brièvement côtoyé.

«Une belle performance de sa part en Juillet serait un formidable coup de projecteur pour le cyclisme africain», ajoute ce dernier. 

Le développement du cyclisme africain

Passé par le Centre mondial du cyclisme (CMC) de l'UCI, implanté à Aigle en Suisse, Chris Froome  est un exemple pour les futures étoiles d'un continent en plein essor question vélo.

Au CMC, un espace qui offre a de jeunes coureurs cyclistes appartenant à des pays ne disposant pas de structures de haut niveau de s'entrainer, des Éthiopiens, Érythréens ou Algériens suivent les traces du coureur de Sky.

L'Afrique de l'Est, longtemps un nain sur la carte du cycliste mondial, est en première ligne.

L'Érythrée, où le vélo fait figure de sport roi –tradition italienne, l'ancienne puissance coloniale– pourrait devenir à l'échelon continental, ce qu'est la Colombie pour l'Amérique du Sud.

Adulés à Asmara, les grimpeurs Natnael Berhane (21 ans) où Daniel Teklehaimanot (23 ans) nourrissent l'espoir d'effectuer leur entrée prochaine sur le Tour de France.

Le premier à battu le Français Jérôme Pineau (Quick-Step) au sprint sur une étape du dernier Tour du Gabon. Ce qui lui a valu une bel hommage de l'expérimenté puncheur:

«Je suis très heureux d'avoir été battu par un Érythréen. C'est un beau symbole.»

Le second, 6e du Tour de l'Avenir en 2009 –la compétition de référence chez les jeunes– est passé professionnel au sein de l'équipe Orica-GreenEdge, présente sur le Tour et qui compte dans ses rangs des cadors du peloton tels Simon Gerrans où Michel Albasini.

L'ambition de MTN

«Je pense que Daniel Teklehaimanot a des qualités qui peuvent lui permettre de rêver et de participer à la Grande Boucle», disait de lui Michel Thèze son ex-entraîneur au CMC, dans une interview accordée à un magazine néerlandais l'an dernier.

La progression du cyclisme africain passe cependant par un développement des structures d'entraînement sur place.

«Il n'y a pas de saturation avec le cyclisme en Afrique», déclarait récemment Patrick McQuaid, l'influent patron de l'UCI.

Mais, «l'Afrique ne doit pas devenir un supermarché pour les équipes européennes, comme c'est le cas en football», précise Pierre Carrey.

Un centre continental de l'UCI a vu le jour en Afrique du Sud à Potchefstroom, près de Johannesburg. Les fédérations africaines y envoient leurs meilleurs coureurs, qui ont ainsi la possibilité de s'entraîner dans des conditions idéales pour décrocher un contrat dans une équipe du circuit professionnel.

«Une construction pyramidale»

Plusieurs des jeunes coureurs formés au centre de Potchefstroom ont ainsi rejoint les rangs de la formation MTN Qhubeka. Cette équipe sud-africaine fondée en 2007 et évoluant dans le circuit Continental de l'UCI (seconde division mondiale), ambitionne de recruter les meilleurs cyclistes africains et de participer au Tour de France à l'horizon 2015.

Plusieurs pépites du centre, comme l'Éthiopien Tsgabu Grmay et les Érythréens Meron Russom, Jani Tewelde Weldegabi, ont déjà rallié les rangs de MTN.

«C'est une construction pyramidale», glisse un responsable du pôle Afrique de l'UCI.

«Nous aidons les fédérations nationales à développer leurs infrastructures, puis nous accueillons les meilleurs espoirs au sein de notre centre continental, avant de les laisser s'envoler dans les équipes pro.»

Loin de ces espérances en un futur radieux, Christopher Froome entend bien conjuguer l'histoire au présent pour devenir le premier coureur d'origine africaine à monter sur le podium du Tour.

Une performance qui semble à sa portée après sa démonstration de force conclut dans les lacets de la montée de la Planche des Belles Filles dans les Vosges samedi 7 juillet, lors de la première étape de montagne du Tour de France 2012.

Quatre-vingt-dix neuf ans ans après le Tunisien Ali Neffati, premier athlète du continent à avoir participer à la Grande boucle, Chris Froome peut emmener le cyclisme africain dans une autre dimension.

Camille Belsoeur

A lire aussi

Petite reine au pays des deux roues

Au Malawi, le vélo est roi

Mohamed-Khaled Belabbas: du bleu français au vert algérien

Tegla Loroupe, la Kényane qui court contre les préjugés

Sara El Bekri, la Laure Manaudou marocaine

Camille Belsœur

Journaliste français.

Ses derniers articles: La Libye, un pays sans frontières  Pourquoi le débat présidentiel kényan a fait un carton  Les grands enjeux du scrutin 

Afrique du Sud

Justice

En Afrique du Sud, les autorités refusent la libération de Pistorius et piétinent la justice

En Afrique du Sud, les autorités refusent la libération de Pistorius et piétinent la justice

Rugby

Malgré les polémiques, l'équipe d'Afrique du Sud compte de plus en plus de joueurs de couleur

Malgré les polémiques, l'équipe d'Afrique du Sud compte de plus en plus de joueurs de couleur

Inégalités

L'ascension du seul milliardaire noir sud-africain est chargée de symboles

L'ascension du seul milliardaire noir sud-africain est chargée de symboles

cyclisme

Fail

Un cycliste professionnel décédé sélectionné en équipe du Cameroun

Un cycliste professionnel décédé sélectionné en équipe du Cameroun

Tour de France

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

Vélo

Un premier noir africain au Tour de France, symbole de la montée du cyclisme africain

Un premier noir africain au Tour de France, symbole de la montée du cyclisme africain

Daniel Teklehaimanot

Cyclisme

Sur le Tour de France, le lien étroit entre les coureurs érythréens et la dictature

Sur le Tour de France, le lien étroit entre les coureurs érythréens et la dictature

Cyclisme

Les secrets de la réussite des coureurs érythréens qui débarquent sur le Tour de France

Les secrets de la réussite des coureurs érythréens qui débarquent sur le Tour de France