SlateAfrique

mis à jour le

Egypte - Place Tahrir, les femmes font valoir leurs droits

Le harcèlement sexuel, onzième plaie d’Egypte? Les Egyptiennes ont, en tout cas, exprimé leur révolte contre un tel phénomène le 6 juillet 2012 place Tahrir. Et pour cause.

D’après Foreign Policy, qui reprend une étude menée en 2008 par le Centre égyptien des droits de la femme, «83% des femmes égyptiennes interrogées ont été harcelées sexuellement au moins une fois dans leur vie. Encore plus effrayant, 62% des hommes interrogés ont admis avoir participé à un acte d'harcèlement sexuel».

Pour Foreign Policy, cette manifestation est un symbole fort et déterminant pour le devenir de la révolution égyptienne:

«Ces manifestations ne sont ni destinées au gouvernement ni à l’armée ou aux islamistes, mais en particulier à la place Tahrir elle-même, au pivot psychologique et physique de la rebellion qui a renversé Hosni Moubarak.»

La question du harcèlement sexuel en Egypte n’est certes pas nouvelle, mais ces derniers temps le phénomène a considérablement augmenté, et nombreuses sont celles à dénoncer ces abus.

Natasha Smith, jeune journaliste britannique, a ainsi raconté sur son blog le détail de l’agression sexuelle dont elle a été victime, en juin, et d'autres journalistes ont suivi son exemple pour dénoncer «l’épidémie du harcèlement sexuel en Egypte».

Les activistes du Centre égyptien des droits de la femme ont même mis en ligne une carte interactive qui recense sur une carte du pays les endroits et le nombre de cas de harcèlement sexuel.

Le combat continue donc, et les Egyptiennes entendent bien faire valoir leurs droits et le respect de leur intégrité physique. Comme le souligne Foreign Policy:

«L’histoire ne va pas s’arrêter là. Vous pouvez être sûrs que les Egyptiennes ne vont pas se laisser enfermer dans un rôle de victime. Il est important de rappeler que la révolution égyptienne n’aurait jamais eu lieu sans la participation des femmes, qui ont fait partie intégrante des manifestations place Tahrir et dans tout le pays depuis le tout début.»

Lu sur Foreign Policy

A lire aussi

Egypte: le mâle du bus

Egypte - Femmes en dager (VIDEO)

El Djazairia, la télé qui brise les tabous sur les femmes