mis à jour le

Le chef de l'UE en Tanzanie rappelé

Le chef de la délégation de l'Union européenne en Tanzanie a été rappelé à Bruxelles pour discuter de la situation dans ce pays d'Afrique de l'Est, a indiqué samedi à l'AFP une porte-parole de l'UE en Tanzanie.

Dans un article publié vendredi, la Lettre de l'océan Indien affirme que le gouvernement tanzanien a donné 24 heures au diplomate néerlandais Roeland van de Geer, également en charge des relations avec la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est, pour quitter le pays.

M. van de Geer "a été rappelé à Bruxelles par son siège pour rencontrer la semaine prochaine de hauts responsables (de l'UE) et discuter de la situation en Tanzanie", a précisé par téléphone à l'AFP Susanne Mbise, en charge des relations avec la presse pour l'UE en Tanzanie.

Tout comme les Etats-Unis, l'Union européenne a publié ces derniers mois plusieurs communiqués pour s'inquiéter de la détérioration du climat politique en Tanzanie.

En février, l'UE déplorait "les récents incidents qui menacent les valeurs démocratiques et les droits des Tanzaniens dans un pays largement respecté dans le monde pour sa stabilité, ses libertés et sa tranquillité". 

Le communiqué faisait suite notamment à la mort d'une étudiante tuée par une balle perdue de la police lors de la répression d'une marche de l'opposition et à la tentative d'assassinat, quelques mois plus tôt, du député de l'opposition Tundu Lissu.

Ces derniers jours, les associations de défense des droits de l'homme se sont mobilisées contre les déclarations du gouverneur de la province de Dar es Salaam, membre du parti au pouvoir, qui a appelé lundi ses administrés à dénoncer les homosexuels, promettant des arrestations à compter de la semaine prochaine.

Depuis son accession au pouvoir en 2015, le président John Magufuli a été critiqué par des organisations de défense des droits de l'homme et de la société civile pour son autoritarisme, ses détracteurs l'accusant de réprimer l'opposition et la liberté d'expression.

En février, l'Eglise catholique de Tanzanie était sortie de son silence pour appeler l'actuel régime à respecter les principes démocratiques, notamment en mettant fin aux violations des libertés d'expression et d'association et aux attaques contre opposants politiques, journalistes, artistes et militants des droits de l'homme.

AFP

Ses derniers articles: En Algérie, en bas "tout bouge, mais rien ne change" au sommet  Brice Laccruche Alihanga, l'ex-puissant directeur de cabinet de Bongo qui s'est brûlé les ailes  Le Niger en deuil rend hommage 

Bruxelles

AFP

Ouverture

Ouverture

AFP

Rencontre entre les ex-présidents ivoiriens Gbagbo et Bédié

Rencontre entre les ex-présidents ivoiriens Gbagbo et Bédié

AFP

Côte d'Ivoire: rencontre entre les deux ex-présidents Gbagbo et Bédié

Côte d'Ivoire: rencontre entre les deux ex-présidents Gbagbo et Bédié

chef

AFP

Brice Laccruche Alihanga, l'ex-puissant chef du cabinet de Bongo qui s'est brûlé les ailes

Brice Laccruche Alihanga, l'ex-puissant chef du cabinet de Bongo qui s'est brûlé les ailes

AFP

Mali: un chef jihadiste libéré en février

Mali: un chef jihadiste libéré en février

AFP

Un chef rebelle centrafricain arrêté au Tchad (Bangui)

Un chef rebelle centrafricain arrêté au Tchad (Bangui)

Tanzanie

AFP

Elections locales sans l'opposition en Tanzanie

Elections locales sans l'opposition en Tanzanie

AFP

L'OMS accuse la Tanzanie de rétention d'information sur des cas possibles d'Ebola

L'OMS accuse la Tanzanie de rétention d'information sur des cas possibles d'Ebola

AFP

La Tanzanie appelée

La Tanzanie appelée