SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Un groupe de hackers pro-islamistes piratent des médias

 Un groupe de hackers marocains se faisant appeler «The Unknowns Morocco» vient de revendiquer une série de cyber-attaques contre les sites Web de certains médias marocains.

«Motivation du collectif: frapper tous ceux qui soutiennent le dayoute (le cocu) Mokhtar Laghzioui», explique Yabiladi.

Pour rappel, la tête du journaliste Mokhtar Laghzioui avait été mise à prix, il y a une semaine, par un prédicateur islamiste du nom d’Abdallah Nahari, après qu'il s'est déclaré en faveur de la liberté sexuelle. Un appel au meurtre qui a conduit à l’ouverture d’une enquête judiciaire.

«The Unknowns Morocco» a revendiqué les attaques contre le site du ministère des Habous et des affaires islamiques, celui du quotidien Al Ahdath Al Maghribia (dont Mokhtar Laghzioui est le rédacteur en chef) et celui de la chaîne de télévision publique 2M a révélé Demain, qui annonce avoir reçu un communiqué des hackers.

«Nous frapperons tous ceux qui soutiendront le dayoute Mokhtar Larhzioui», fait savoir ce communiqué.  

«Nous n’allons pas arrêter», insiste «The Unknowns Morocco».

Le groupe s’inspire manifestement du modus operandi des célèbres «Anonymous», les Robins des bois de la Toile.

«Il semble essentiel de souligner que la réputation des Anonymous s’est bâtie en luttant pour la liberté d’expression. Et non l’inverse», commente Yabiladi qui s’interroge par ailleurs sur le piratage du site Web du ministère des Habous et des affaires islamiques qui, lui, n’a pris aucune position officielle dans l’affaire qui oppose le journaliste au prédicateur.

Dans son communiqué, «The Unknowns Morocco» répond:

«Parce qu’en ne réagissant pas aux déclarations de Laghzioui, ce ministère lui apporte indirectement son soutien.»

Le débat autour de la liberté sexuelle continue d’alimenter la presse. Al Alam , journal officiel du parti conservateur de l’Istiqlal a soutenu la décision des autorités  de refouler du port de Casablanca un paquebot de croisière affrêté transportant des touristes gays, tandis qu’Assabah, quotidien privé donnait la parole à une chroniqueuse connue pour son combat en faveur des libertés individuelles .

Lu sur Yabiladi, Demain

 

A lire aussi

La liberté sexuelle, un sujet chaud au Maroc

Maroc - La croisière des homosexuels tombe à l'eau

Maroc - L'«ordre halal» est-il en marche?

Marocains libres, les interdits vous guettent!