mis à jour le

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar doit revenir mercredi

Le chef rebelle sud-soudanais Riek Machar doit rentrer mercredi à Juba, après plus de deux ans d'absence, à l'occasion d'une cérémonie célébrant la signature en septembre d'un accord de paix, malgré les inquiétudes concernant sa sécurité, a annoncé mardi l'un de ses porte-parole.

M. Machar, chef du Mouvement populaire de libération du Soudan - en opposition (SPLM-IO), "se rendra à Juba pour la cérémonie de paix" mercredi, a déclaré ce porte-parole, Lam Paul Gabriel.

Le président sud-soudanais Salva Kiir, le grand rival de M. Machar, et plusieurs chefs d'État de la région sont attendus pour cette cérémonie prévue dans le cadre de l'accord de paix signé le 12 septembre à Addis Abeba et destiné à mettre fin à presque cinq années de guerre civile.

M. Machar, qui aux termes de cet accord doit retrouver son ancien poste de vice-président, n'a plus remis les pieds à Juba depuis qu'il a dû fuir précipitamment la capitale en juillet 2016 après des combats meurtriers entre ses hommes et les forces gouvernementales.

Exilé à l'étranger depuis lors, après avoir dû s'enfuir à pied avec ses soldats en passant par la République démocratique du Congo (RDC), M. Machar "craint pour sa sécurité", a admis son porte-parole.

"Mais la vérité est là: nous sommes pour la paix et ce que nous essayons de faire, c'est de bâtir la confiance", a ajouté Lam Paul Gabriel, précisant que M. Machar voyagerait avec une trentaine d'hommes politiques du SPLM-IO et sans soldats.

En avril 2016, M. Machar était déjà revenu à Juba pour y reprendre ses fonctions de vice-président dans le cadre d'un accord de paix conclu en août 2015. Son retour avait donné lieu à de longues tractations sur le nombre et l'équipement des soldats qui devaient l'accompagner.

Ce nouvel accord de paix laisse sceptiques de nombreux observateurs, qui soulignent que faire travailler ensemble MM. Kiir et Machar ne sera pas une mince affaire, leur coopération ayant toujours dans le passé abouti au chaos et au conflit.

Deux ans et demi à peine après son indépendance, le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 à Juba, lorsque M. Kiir, un Dinka, a accusé M. Machar, son ancien vice-président, de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État.

Le conflit, marqué par des atrocités à caractère ethnique, a fait plus de 380.000 morts selon une étude récente, et poussé plus de quatre millions de Sud-soudanais, soit près d'un tiers de la population, à fuir leur foyer.

AFP

Ses derniers articles: Au Maroc, le littoral menacé par les "mafias du sable"  Présidentielle en Mauritanie: de joyeuses soirées sous la tente rythment la campagne  Au Liberia, l'hôpital manque de tout 

chef

AFP

Mali: le chef de l'Etat se rend sur les lieux de la tuerie de Sobane Da

Mali: le chef de l'Etat se rend sur les lieux de la tuerie de Sobane Da

AFP

"Hemeidti", le chef de milice qui a terrorisé le Darfour, devenu homme fort du Soudan

"Hemeidti", le chef de milice qui a terrorisé le Darfour, devenu homme fort du Soudan

AFP

Centrafrique: trois jours de deuil imposés au quartier PK5 de Bangui après la mort d'un chef de groupe "d'autodéfense"

Centrafrique: trois jours de deuil imposés au quartier PK5 de Bangui après la mort d'un chef de groupe "d'autodéfense"

Juba

AFP

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar

AFP

Soudan du Sud: l'opposant Lam Akol rentre

Soudan du Sud: l'opposant Lam Akol rentre

AFP

De Juba

De Juba

Machar

AFP

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar

AFP

Soudan du Sud: le dirigeant rebelle Machar approuve l'accord de paix

Soudan du Sud: le dirigeant rebelle Machar approuve l'accord de paix

AFP

Soudan du Sud: le dirigeant rebelle Machar refuse de signer l'accord de paix

Soudan du Sud: le dirigeant rebelle Machar refuse de signer l'accord de paix