SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - La Casamance sur la voie du dialogue?

Le président sénégalais Macky Sall est attendu sur le dossier épineux de la Casamance, un conflit qui dure depuis 30 ans et où les précédents gouvernements ont échoué.

Si son prédécesseur Abdoulaye Wade avait promis de régler le problème de la Casamance en 100 jours, Mack Sall adopte une posture différente, explique le quotidien burkinabé l’Observateur.

C’est donc avec prudence que le nouveau chef d’Etat sénégalais a organisé, à Zinguinchor, un Conseil des ministres délocalisé. Un geste en direction des indépendantistes de Casamance dont Zinguichor est le chef lieu.

Macky Sall a affiché sa volonté de dialoguer afin d’aboutir à une issue pacifique. Il a accepté la main tendue la semaine précédente par Salif Sadio, le principal chef de guerre du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

En effet Salif Sadio avait invité Macky Sall à négocier, peu après son élection. Une suprise, car le principal chef de guerre de guerre du MFDC ne s'était plus exprimé depuis 2005, rappelle RFI.

L'interview qu'il accorde à la radio internationale rompt d'ailleurs des années de silence.

Mais Salif Salio pose ses conditions, préalables à toute discussion. Les négociations doivent avoir lieu en terrain neutre, «hors d’Afrique». Autre exigence de l’indépendantiste, que la Guinée-Bisseau et la Gambie, les deux pays frontaliers de la Casamance, n’interviennent pas directement.

Une nouveauté. Car le chef d’Etat gambien, le truculent Yahya Jammeh a toujours été accusé par le Sénégal de soutenir et protéger Salif Sadio. Et les liens obscurs entre les deux hommes empoisonnent les relations entre la Gambie et son puissant voisin sénégalais. Le site du journal sénégalais Sud Quotidien s'interroge:

"Salif Sadio prend-il ses distances avec le président gambien, Yaya Jammeh, considéré pourtant jusqu’ici comme son protecteur et un de ses plus sûrs soutiens?"

La fin de l’entente entre Yahya Jammeh et Salif Sadio serait donc une nouvelle donne. De quoi, peut-être, rebattre les cartes en Casamance.

Lu sur L’ObservateurRFI, Sud Quotidien

 A lire aussi

Casamance: à qui profite la guerre ?

Les femmes de Casamance exigent la paix au futur président