SlateAfrique

mis à jour le

Babatunde Rotimi, lauréat du prix Caine de littérature africaine anglophone

C’est dans la soirée du 2 juillet 2012 que Babatunde Rotimi s’est vu décerner, à Oxford en Angleterre, le treizième prix Caine pour l’écriture africaine pour son roman La République de Bombay.

Ce prix littéraire créé en 2000 vise à récompenser la meilleure nouvelle écrite par un Africain en langue anglaise.

Bernardine Evaristo, qui présidait le jury, a remis le prix accompagné d’une somme de 10.000 livres sterling (environ 12.000 euros) à Rotimi tout en le félicitant pour son ouvrage, tel que le rapporte le site Bella Naija.

L’auteur, d’origine nigériane, décrit ainsi son œuvre sur le site BBC News Africa:

«C’est à propos de libération et comment les personnages peuvent voir leur monde s’élargir (…) L’histoire concerne des soldats africains qui vont en Birmanie et reviennent avec une nouvelle perception de la réalité et de leurs possibilités.»

Car La République de Bombay traite d’un sujet particulier: le combat de soldats nigérians dans la campagne de Birmanie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Au-delà du prestige et de la récompense pécuniaire, Rotimi va avoir l’opportunité d’être écrivain-résident à l’Université de GeorgeTown, aux Etats-Unis. Il est également convié à participer au Festival du livre ouvert du Cap (Afrique du Sud) en septembre 2012.

Ce type de récompense à visée internationale sert avant tout à valoriser la culture africaine et ses écrivains. C’est ce qu’explique le site Bella Naija:

«L’idée qui se cache derrière le prix Caine pour l’écriture africaine est d’encourager la reconnaissance croissante envers les Africains qui écrivent en anglais, à travers leur richesse et leur diversité, et ce en élargissant leur public.»

Lu sur Bella Naija, BBC News Africa

A lire aussi

Oprah Winfrey, la bonne fée des écrivains africains

La femme est l'avenir de la littérature

Les meilleurs auteurs africains de la décennie sont des femmes