SlateAfrique

mis à jour le

Les cinq nouvelles merveilles africaines (CARTE INTERACTIVE)

Au moment où l’Unesco s'alarme de
la profanation du site de Tombouctou par les islamistes, l’organisation internationale célèbre le
patrimoine naturel et culturel de l’Afrique. Cinq sites africains viennent de
recevoir le titre très convoité de patrimoine mondial de l’humanité. Une
vitrine de plus pour l'Afrique, dont une cinquantaine de sites sont déjà
classés par l’Unesco.

Les sites naturels

  • Le Trinational de la Sangha (Congo, Cameroun et
    République centrafricaine)

Plus connu sous son acronyme TNS,
ce complexe forestier est l’un des plus vastes d’Afrique Centrale. Fort de ces
28.000 km2, le Trinational de la Sangha peut se prévaloir d’être plus
grand que le Rwanda. Constitué de trois parcs nationaux contigus, le TNS renferme
une des plus importantes faunes d’Afrique.
Gorilles, éléphants et bongos y sont plus nombreux qu’ailleurs sur le continent.
  

  • Les Lacs d'Ounianga (Tchad)

En plein désert du Sahara, au nord du Tchad, la présence d’une
cinquantaine de lacs peut paraître incongrue. Car le site d’Ounianga possède l’une
des plus rapides vitesses d’évaporation au monde. La région ne connaît presque
aucune précipitation. L’alimentation de ces 20 km2 d’eau provient d’une nappe
phréatique fossile. Il s’agit de la plus vaste étendue d’eau du Sahara.

Les sites culturels

La capitale marocaine est la seule métropole africaine
distinguée par le classement 2012. Six quartiers sont classés. Sont sélectionnés par l'Unesco
la Médina, la Kasbah des Oudayas, la ville nouvelle, les remparts et les portes
almohades, les jardins d’Essais et les jardins historiques ainsi que le site
archéologique de Chellah.

L’ancienne capitale coloniale ivoirienne regorge d’enseignements
sur l’architecture de  l’époque. C’est cette partie de la ville, vestige de l’époque coloniale, qui est classée par l’organisation internationale.

  • Le pays Bassari: paysages culturels Bassari,
    Peul et Bédik (Sénégal)

Région enclavée entre le sud-est du Sénégal et la Guinée, le
pays Bassari comprend trois ethnies. Son isolement participe au maintien des traditions et structures sociales de la population bassari. Ce sont ces coutumes que l’UNESCO distingue
dans son classement 2012. 
Afficher Les cinq nouvelles merveilles africaines sur une carte plus grande
Lu sur HuffingtonPost.frA lire aussi L'unesco déclare Tombouctou, aux mains des islamistes, en périlL'érosion attaque la côte ivoirienne, le patrimoine menacé d'un désastre