mis à jour le

Burundi: le pouvoir ne participera pas au dernier round du dialogue de sortie de crise

Le gouvernement burundais a annoncé qu'il serait absent de la dernière session du dialogue de sortie de crise au Burundi, prévue cette semaine à Arusha, en Tanzanie, et destinée à évoquer l'organisation d'élections inclusives en 2020.

"Le mois d'octobre étant un mois de deuil au Burundi, le gouvernement a suggéré un report de la session que la facilitation a convoqué ce 24 octobre et garde l'espoir que cette dernière s'associe, comme d'accoutumée, aux Burundais dans ces moments de tristesse", a annoncé mardi soir le gouvernement sur son compte Twitter.

Le Burundi a commémoré le 13 octobre l'assassinat en 1961 du "héros de l'indépendance", le prince Louis Rwagasore, et le 21, celui du "héros de la démocratie", Melchior Ndadaye, le premier président hutu démocratiquement élu en 1993, tué par des extrémistes tutsi. 

Le parti au pouvoir au Burundi, le Cndd-FDD, a également indiqué mardi dans la presse locale qu'il ne serait pas représenté à Arusha si le gouvernement du Burundi et la facilitation ne s'accordaient pas sur les personnes qui "prendront part à la session de la signature de la feuille de route menant vers les élections de 2020".

La vingtaine de partis proches du régime burundais ont annoncé dans la foulée qu'ils boycotteraient une réunion "à laquelle le gouvernement ne participe pas".

"Aucun représentant du pouvoir et des alliés ne se trouve jusqu'ici à Arusha alors qu'on leur a envoyé des billets pour mardi depuis quelques jours (...) Des discussions sont toujours en cours avec le gouvernement, mais je ne suis pas très optimiste", a confirmé à l'AFP une source proche du facilitateur, l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa.

L'ouverture de cette nouvelle session du dialogue interburundais, prévue mercredi, a été reportée à jeudi, dans le but de convaincre le gouvernement et ses alliés d'y participer.

"L'ouverture est reportée à demain (jeudi), nous avons appris que le facilitateur a envoyé un troisième message au président du Burundi pour lui demander des efforts supplémentaires", a indiqué à l'AFP à Arusha Chauvineau Mugwengezo, président du parti d'opposition Union pour la Paix et le Développement (UPD), exilé en Belgique.

"Les chefs d'État de la Communauté des États d'Afrique de l'Est n'apportent pas l'appui nécessaire au facilitateur Benjamin Mkapa pour faire pression sur le gouvernement du Burundi", a-t-il regretté.

Seuls une vingtaine de leaders de l'opposition interne et externe sont arrivés à Arusha depuis mardi pour participer à cette session présentée comme celle de la dernière chance.

"C'est un prétexte fallacieux et enfantin, car ce gouvernement n'a jamais décrété un seul jour de deuil pour ces deux héros depuis qu'il est au pouvoir", a réagi auprès de l'AFP Anicet Niyongabo, secrétaire général du Cnared, la plate-forme regroupant l'opposition extérieure, joint au téléphone à Arusha.

"Ça montre une fois de plus que le pouvoir du Cndd-FDD n'a jamais voulu négocier avec son opposition pour sortir le Burundi de la crise", a-t-il poursuivi, appelant la facilitation à ne pas reculer.

Le Burundi est en crise depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat controversé. Sa réélection en juillet de la même année a déclenché une crise qui a fait au moins 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes. Ces violences ont poussé la Cour pénale internationale (CPI) à ouvrir une enquête.

Le président Nkurunziza a annoncé son intention de ne pas se représenter en 2020.

AFP

Ses derniers articles: Ouganda: l'opposant Bobi Wine assigné  Libye: les combats s'enlisent, la situation humanitaire "empire"  Le Malawi, théâtre du premier test 

crise

AFP

Nigeria: les "fake news" alimentent la crise ethnico-religieuse

Nigeria: les "fake news" alimentent la crise ethnico-religieuse

AFP

Crise au Soudan: l'armée traversée par d'importants débats internes

Crise au Soudan: l'armée traversée par d'importants débats internes

AFP

Algérie: les acteurs de la crise politique

Algérie: les acteurs de la crise politique

dialogue

AFP

Zimbabwe: l'opposition refuse l'appel au dialogue du président

Zimbabwe: l'opposition refuse l'appel au dialogue du président

AFP

Egypte: Macron termine sa visite en appelant au dialogue interreligieux

Egypte: Macron termine sa visite en appelant au dialogue interreligieux

AFP

Le roi du Maroc propose

Le roi du Maroc propose

pouvoir

AFP

Soudan: la contestation annonce des discussions avec les militaires sur un transfert du pouvoir

Soudan: la contestation annonce des discussions avec les militaires sur un transfert du pouvoir

AFP

Soudan: le pouvoir militaire fait de nouveaux gestes, la contestation se poursuit

Soudan: le pouvoir militaire fait de nouveaux gestes, la contestation se poursuit

AFP

Soudan: la contestation maintient la pression sur les militaires au pouvoir

Soudan: la contestation maintient la pression sur les militaires au pouvoir