mis à jour le

Président algérien Abdelaziz Bouteflika le 14 octobre 2002. Reuters
Président algérien Abdelaziz Bouteflika le 14 octobre 2002. Reuters

L'Algérie cherche toujours son indépendance

Cinquante ans après, les Algériens font un bilan sévère de l'indépendance de leur pays, acquise le 5 juillet 1962.

Un siècle, comme la vie d'un homme, se divise généralement en deux. La première partie est consacrée à se battre, apprendre, comprendre, et la seconde à tout mettre en application, concrétiser les résultats et profiter des dividendes et des acquis.

De ce point de vue, on pourra encore souligner que l'Algérie a brillamment réussi la première partie et a échoué dans la phase suivante.

Née au forceps, grâce au courage d'hommes et femmes de 20 ans, l'Agérie a finalement été enterrée par des bureaucrates mous de 70 ans. En rentrant en marche arrière dans son deuxième demi-siècle, on réalise que les mêmes questions posées à l'indépendance se posent encore aujourd'hui, 50 ans plus tard: libertés, état de droit, pouvoir et contre-pouvoirs, justice et répartition des centres décisionnels.

Que peut-on faire en 18.000 jours?

Qu'aurait-on pu faire à la place de ce qui n'a pas été fait ou de ce qui a été mal fait? La question est vaste. Mais, le temps passé joue contre les immobilistes,18.260 jours plus tard, sans compter les heures précieuses et les dernières minutes.

Que peut-on faire en 18.000 jours? Si l'on construit dix immeubles de vingt appartements par jour, on aurait pu en avoir trois millions et demi.

Si l'on rend fertile cent hectares de désert par jour, on aurait pu en avoir près de deux millions à cultiver. Si l'on forme un milliers d'enfants par jour, on aurait pu avoir dix-huit millions d'humains qualifiés.

A l'inverse, si l'on détruit cent hectares de terre et 1.000 carrières quotidiennement, on arrive au point d'aujourd'hui, une terre aride à 70% et des millions de gens non-formés et sans emploi.

Un jeune mal formé mais informé expliquait d'ailleurs son amalgame en ces termes:  

«Nous ne sommes pas indépendants depuis 50 ans, nous sommes livrés à nous-mêmes depuis un demi-siècle.»

Au bas de la pyramide des suffisances du palais d'Alger et des rois fainéants, un demi-siècle et les serments des millions de martyrs nous contemplent. 

Chawki Amari  (Cet article a d'abord été publié dans le quotidien El-Watan)

 

A lire aussi

Une Algérie indépendante mais immature

Algérie, ne boude pas ton indépendance!

L'Algérie doit-elle fêter son indépendance?

Pourquoi les chauffeurs de taxi ne supportent plus les vétérans




 

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Alger

AFP

Quatre médias français boycottent la visite de Manuel Valls

Quatre médias français boycottent la visite de Manuel Valls

AFP

Sahara occidental: Alger appelle Paris

Sahara occidental: Alger appelle Paris

AFP

Ligue des champions d'Afrique: l'USM Alger défie le TP Mazembe en finale aller

Ligue des champions d'Afrique: l'USM Alger défie le TP Mazembe en finale aller

Algérie cinquante ans

Hommage

Ce que l’Algérie doit à Chadli Bendjedid

Ce que l’Algérie doit à Chadli Bendjedid

Tabou

Ce que coûte le ramadan à l'économie algérienne

Ce que coûte le ramadan à l'économie algérienne

Diplomatie

Plaidoyer pour un Maghreb uni

Plaidoyer pour un Maghreb uni