mis à jour le

Manifestation à Alger le 12 février 2011. Reuters/Zohra Bensemra
Manifestation à Alger le 12 février 2011. Reuters/Zohra Bensemra

Une Algérie indépendante mais immature

En cinquante ans d'indépendance, l'Algérie n'a pas beaucoup mûri selon le chroniqueur Chawki Amari.

Dix décennies, un demi-siècle ou treize coupes du monde, on peut estimer le temps qui passe avec les outils que l'on veut, surtout avec le temps qu'il fait. C'est beaucoup, presque rien ou pas assez?

Les mères les plus clémentes des clémentines, aiment à souligner que 50 ans, c'est jeune et que l'on est encore un enfant à cet âge.

C'est probablement pour cette raison que la majorité des dirigeants ont une mère à plus de 70 ans, et que l'on peut presque les traiter en adultes.

Car pour une mère algérienne, un homme reste un enfant jusqu'à ce qu'il soit grand-père, c'est-à-dire jusqu'à ce que ses enfants aient enfanté d'autres enfants.

Mais en dehors de ces enfantillages, si cette déconstruction temporelle et maternelle est touchante, l'infantilisation permanente aura donné à grande échelle l'impunité, l'irresponsabilité et l'inconscience, trois phénomènes qui dirigent le pays depuis l'indépendance.

Des responsables irresponsables

En 50 ans, un ministre, un président ou un général s'est-il un jour excusé pour ses mauvais jugements et stratégies, avoué avoir commis une erreur ou assumé la responsabilité des nombreuses destructions, morts et drames?

Non, un enfant ne s'excuse pas, sauf quand on le frappe, et personne ne peut frapper un ministre, un président ou un général.

L'Algérie est-elle alors un enfant mal élevé qui refuse de reconnaître l'autorité de la morale?

En réalité, l'Algérie n'est pas si jeune que ça, si elle a eu son indépendance en 1962, l'Australie l'aura eu après elle, en 1986, en se séparant de l'Angleterre.

Aujourd'hui, beaucoup de jeunes algériens rêvent d'aller en Australie, contrairement aux jeunes Australiens qui cauchemardent d'être envoyés en Algérie.

Qui gagne? C'est là aussi de la subjectivité même si ce qui est sûr, c'est que l'Algérie a perdu beaucoup de temps.

A trois jours du sifflet de l'arbitre, on croit encore au fameux but de la dernière minute. Mais de moins en moins.

Chawki Amari (El Watan)

A lire aussi

Algérie, ne boude pas ton indépendance!

L'Algérie doit-elle fêter son indépendance?

Pourquoi les chauffeurs de taxi ne supportent plus les vétérans

Les mal logés de la classe moyenne algérienne

Pourquoi les Algériens sont jaloux des Egyptiens

Tribune: Pourquoi l'Algérie ne connaît pas son printemps arabe

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Algérie cinquante ans

Hommage

Ce que l’Algérie doit à Chadli Bendjedid

Ce que l’Algérie doit à Chadli Bendjedid

Tabou

Ce que coûte le ramadan à l'économie algérienne

Ce que coûte le ramadan à l'économie algérienne

Diplomatie

Plaidoyer pour un Maghreb uni

Plaidoyer pour un Maghreb uni

indépendance algérie

Vu d'Alger

Lettre à Enrico Macias

Lettre à Enrico Macias

France-Algérie

Bouteflika, le président qui offre des bains de foule

Bouteflika, le président qui offre des bains de foule

50 ans après

La France a besoin de l'Algérie

La France a besoin de l'Algérie