SlateAfrique

mis à jour le

Bénin - Braquage en plein jour au cœur de Cotonou

Cotonou, la capitale économique du Bénin, a été le théâtre d’un braquage inattendu le 27 juin dernier.

Des bandits armés ont osé attaquer le magasin d’un commerçant Indo-Pakistanais en plein cœur de Cotonou, sur le très passant boulevard Saint-Michel, non loin de l’Eglise du même nom.

Sans tenir compte du fait qu’avec les 18èmes championnats d’Afrique d’athlétisme en cours dans le pays la sécurité pouvait être renforcée, ils ont mené leur opération en plein jour.

Les trois braqueurs, grâce à leurs armes, ont réussi à ligoter les employés du magasin. Mais une employée a pu s’échapper et donner l’alerte.

Les badauds qui ont immédiatement accouru ne pouvaient rien faire. De l’avis de certains curieux qui ont suivi de très près la réaction des forces de sécurité, elles ont mis du temps avant d’intervenir après l’alerte.

Et deux bandits ont, eux aussi, eu le temps de s’enfuir du magasin. En revanche, un troisième malfrat est mort sous les balles des forces de police dépêchées, selon Le Matinal.

Les forces de sécurité sont actuellement à la recherche des deux bandits armés en cavale. Une traque qu’ils espèrent mener très rapidement à bonne fin.

La proximité du Nigeria dont Lagos est à une centaine de kilomètres de Cotonou pose des problèmes de sécurité au Bénin voisin. Les braquages à Cotonou ont été très fréquents il y a quelques années.

Des gangs bénino-nigérians ont ainsi effectué plusieurs fois des braquages avec des armes de guerre et dévalisé des banques sises à l’intérieur du marché international de Dantokpa, voire un fourgon derrière la présidence de la République.

Ces derniers temps, Cotonou connaissait un certain répit avant ce nouveau faits-divers qui vient rappeler encore une fois aux Cotonois mais surtout aux forces de sécurité que la vigilance doit être permanente.

Lu sur Le Matinal

A lire aussi

Bénin: la colère des «squatteurs» de la lagune de Cotonou refoulés vers l'océan

Ces taxi motos qui règnent sur le Bénin

La part d'ombre des prisons béninoises