SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Un parti tunisien veut chasser Jean-Marie Le Pen en vacances

Jean-Marie Le Pen, le président d'honneur du Front National (FN), le parti de l'extrême droite français, passe quelques jours en Tunisie pour des vacances avec sa femme dans la ville balnéaire de Hammamet situé au sud-est de Tunis.

C'est le journal Le Figaro qui a sorti l’information en publiant un bref article le 25 juin.

La nouvelle aurait pu passer inaperçue mais c’était sans compter sur les médias tunisiens qui n’ont pas manqué de reprendre l’information.Si la visite fait polémique c’est surtout parce que depuis ses débuts, Jean-Marie Le Pen a ancré son discours politique sur la xénophobie, la peur de l’étranger et le rejet de l’immigration et des immigrés en France.  

Le magazine en ligne Webdo ironise donc sur la visite en titrant l’un de ses articles: «Le Pen en Tunisie… peut-être pour manger halal».

Une référence directe a la polémique sur le « halal » en France qui avait été lancé lors de la campagne présidentielle de 2012 par sa fille Marine Le Pen qui tient désormais les rennes du parti FN.

Tunisie Numérique se contente de rappeler que Jean-Marie Le Pen est connu en France «par ses idées anti-islamistes et racistes».  

Mais la réaction la plus violente est venue du parti politique Al Majd qui a demandé «l’extradition pure et simple» de l’homme politique dans un communiqué publié sur son mur Facebook.

«L'entrée de Jean Marie Le Pen, tortionnaire endurci en Algérie et porteur d'une idéologie fasciste, est un outrage aux valeurs de la République et une injure aux martyrs du mouvement de libération nationale. Le parti Al-Majd dénonce l'arrivée sur notre sol d'un leader raciste aux multiples prédications anti-maghrébines, accusé d'actions xénophobes souvent violentes et assumées», peut-on lire sur le communiqué.

Et le parti politique de rappeler que Le Pen est un «partisan de l’émigration zéro et chef de file d'une France Blanche, chrétienne et gauloise».

Capture d'écran de la page Facebook du parti Al-Majd

Le parti Al-Majd, qui signifie La Gloire, a été créé en mars 2011 au lendemain de la révolution par Abdelwaheb El Hani. C’est un parti proche du courant d’opinion centriste, arabe et islamique, «ouvert sur les dimensions africaine et méditerranéenne».

Quant à Jean-Marie Le Pen, ni lui ni son parti n’ont réagi pour l’instant à la demande d'extradition. Et aucune information ne permet de dire qu’il séjourne encore sur le sol tunisien.

Lu sur Le Parisien, Le Figaro, Webdo

A lire aussi

Pourquoi Marine Le Pen fait peur aux Africains

Le Pen, «roi nègre»?

Marion Maréchal-Le Pen, le FN troisième génération est arrivé