mis à jour le

Election au Cameroun: des "faux" observateurs électoraux, Kamto demande une enquête

Le camp du candidat à l'élection présidentielle camerounaise Maurice Kamto, qui a revendiqué la victoire, a demandé mercredi une enquête sur les "faux" observateurs électoraux présentés par les médias d'Etat comme missionnés par Transparency International, ce que l'ONG a démenti.

"Une enquête publique doit être ouverte le plus rapidement possible pour savoir qui sont ces faux mandataires de Transparency International, qui sont ceux qui les ont amenés", a déclaré à la presse à Yaoundé Olivier Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto.

Lundi soir, la télévision d'Etat CRTV a diffusé une présumée conférence de presse de présumés observateurs électoraux présentés comme employés de l'ONG Transparency International qui se félicitaient de la bonne tenue du scrutin.

"Le déroulement du dépouillement du scrutin au Cameroun est une vraie leçon de démocratie", a ainsi déclaré l'une des six personnes présentées par la télévision d'Etat comme observateurs missionnés par l'ONG.

Mais mardi, Transparency International a démenti dans un communiqué avoir envoyé une mission d'observation, jugeant "inacceptable" l'usurpation de titre dont elle a fait l'objet.

Ces présumés observateurs ont indiqué mardi sur les réseaux sociaux avoir été invités par l'organe "Agence Cameroun Presse", qui était injoignable mercredi pour un commentaire.

Le compte twitter "Agence Cameroun Presse" a été lancé en juillet 2018, de même que son site internet.

En amont de la campagne présidentielle, de nombreux comptes sur les réseaux sociaux et sites internet ont été créés par différents acteurs politiques.

Le porte-parole de Maurice Kamto a indiqué mercredi qu'une plainte allait être déposée contre la CRTV, et affirmé que ces présumés observateurs "étaient là pour cautionner des fraudes".

Il a par ailleurs dénoncé les attaques dont M. Kamto serait la cible et a déclaré que "nulle part il n'y a eu +d'invite+ à l'insurrection (et) à la violence mais que partout et à chaque fois nous avons dit: +la fraude nous y résisterons+"

Lundi, M. Kamto a revendiqué avoir "marqué le penalty" de la victoire au scrutin de dimanche, sans toutefois brandir un seul chiffre.

Dans la foulée, les autorités ont indiqué que M. Kamto se plaçait "hors-la-loi" par de telles déclarations, le Conseil constitutionnel étant le seul organe habilité à proclamer les résultats au Cameroun, au plus tard 15 jours après le vote.

M. Kamto faisait partie des sept candidats opposés au favori Paul Biya, 85 ans, dont près de 36 au pouvoir, qui briguait un 7e mandat consécutif.

élection

AFP

Election au Cameroun: deux opposants se coalisent contre le président Biya

Election au Cameroun: deux opposants se coalisent contre le président Biya

AFP

Élection

Élection

AFP

Zimbabwe: le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie

Zimbabwe: le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie

enquête

AFP

Le Zimbabwe enquête sur les violences post-électorales qui ont fait 6 morts

Le Zimbabwe enquête sur les violences post-électorales qui ont fait 6 morts

AFP

Tuerie de Beni en RDC: 21 morts, enquête et colère

Tuerie de Beni en RDC: 21 morts, enquête et colère

AFP

Enquête sur l'entrée de billets au Liberia: Weah réclame de la "patience"

Enquête sur l'entrée de billets au Liberia: Weah réclame de la "patience"

observateurs

AFP

Au Zimbabwe, les observateurs européens de retour sur le terrain électoral

Au Zimbabwe, les observateurs européens de retour sur le terrain électoral

AFP

Zimbabwe: l'opposition compte sur les observateurs africains pour veiller

Zimbabwe: l'opposition compte sur les observateurs africains pour veiller

AFP

Elections au Zimbabwe: le président souhaite des observateurs étrangers

Elections au Zimbabwe: le président souhaite des observateurs étrangers