SlateAfrique

mis à jour le

Le PAM rationne des milliers de réfugiés africains

Les bailleurs de fonds de l'ONU sont de plus en plus réticents à aider les réfugiés de longue date.

Quand les caisses du Programme alimentaire mondial (PAM) sont vides, les ventres de plusieurs milliers de réfugiés au Malawi, en Ouganda et en Tanzanie le deviennent vite.

D'autres au Rwanda risquent de l'être d'ici le mois d'août.

Depuis mars 2012, les 16.000 réfugiés du camp de Dzaleka au Malawi ont vu leur ration de maïs passer de 13 à 7 kilos par mois. Même diminution pour l'huile de cuisine, les pois, le sucre et le sel. Conséquence directe:

«Je connais des enfants qui vont à l’école la faim au ventre», témoigne Michelle Carte, du Service jésuite des réfugiés au Malawi.

Le camp de Dzaleka comme plusieurs autres sont victimes de «la lassitude des bailleurs de fond à l'égard des réfugiés de longue date» pour David Orr, le porte-parole du PAM.

En 2011, selon le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), plus de 7 millions de réfugiés dans le monde vivaient hors de leurs pays depuis plus de cinq ans.

Lu sur Irin et Youphil 

A lire aussi 

Somalie - Les pilleurs de l'aide alimentaire 

La bataille de l'aide alimentaire

Aide alimentaire: trier le bon grain de l'îvraie