mis à jour le

Soudan: forte dévaluation de la livre sur fond de crise économique

Le Soudan a fortement dévalué sa monnaie, la livre, par rapport au dollar, la troisième mesure du genre depuis le début de l'année face à une crise économique croissante.

La Banque centrale a fixé le taux de change officiel de la livre à 47,5 pour un dollar, contre 28 pour un dollar précédemment.

L'institution annoncera dorénavant "le taux (de change) au quotidien", a précisé à l'AFP, Abbas Abdallah, membre de la commission et président de l'Union des banquiers.

Cette nouvelle dévaluation intervient moins d'un mois après que le président Omar el-Béchir a limogé le gouvernement, accusé de ne pas avoir réussi à remédier aux difficultés économiques. Un nouveau Premier ministre, Moataz Moussa Abdallah, a été chargé de former un cabinet restreint.

Le pays fait face à une inflation de plus de 65% et le coût des denrées alimentaires et d'autres produits a plus que doublé depuis un an.

La semaine dernière, la Banque centrale soudanaise avait annoncé qu'une commission examinerait la grave pénurie de devises étrangères pesant sur la livre.

Le cours de la livre a, lui, beaucoup oscillé depuis que les Etats-Unis ont levé leur embargo commercial contre le Soudan en octobre 2017.

Bien que les autorités aient tablé sur un redressement du cours de la monnaie nationale après cette décision, il n'a fait que baisser.

La monnaie locale soudanaise avait chuté à 45,50 livres pour un dollar sur le marché noir la semaine dernière.

Fin 2017, il fallait 6,7 livres soudanaises pour un dollar au taux officiel.

En dépit de la levée des sanctions, les Etats-Unis ont gardé le Soudan sur la liste des pays soutenant le "terrorisme" et les banques étrangères, tout comme les investisseurs étrangers, restent frileux vis-à-vis du pays, déchiré par des décennies de conflits.

La Banque mondiale a suggéré de lever les restrictions entre les marchés de change officiels et parallèles afin de donner un coup de fouet à l'économie.

Le Soudan a connu une croissance économique vigoureuse au cours de la décennie écoulée, avec des taux supérieurs à 6% du PIB. En 2017, elle a toutefois ralenti à 3,2%, selon le Fonds monétaire international (FMI).

AFP

Ses derniers articles: L'Ethiopie annonce deux premiers décès dûs au coronavirus  Libye: un ancien haut dirigeant de la rébellion anti-Kadhafi décède du coronavirus (parti)  Coronavirus: la Fédération de football du Burundi décide la poursuite de ses championnats 

crise

AFP

Au centre du Mali, une crise qui "ne cesse de se dégrader"

Au centre du Mali, une crise qui "ne cesse de se dégrader"

AFP

En Afrique du Sud, un projet de budget acrobatique sur fond de crise

En Afrique du Sud, un projet de budget acrobatique sur fond de crise

AFP

En Afrique australe, touchée par la crise climatique, des hommes et des bêtes aux abois

En Afrique australe, touchée par la crise climatique, des hommes et des bêtes aux abois

dévaluation

La rédaction

Revue de presse. Dévaluation du dinar : Les dessous d’une manipulation politique

Revue de presse. Dévaluation du dinar : Les dessous d’une manipulation politique

[email protected] (Author Name)

Tunisie - Finance : Chedli Ayari impuissant face à la dévaluation du dinar

Tunisie - Finance : Chedli Ayari impuissant face à la dévaluation du dinar

Actualités

Chedly Ayari: Pas de dévaluation du dinar

Chedly Ayari: Pas de dévaluation du dinar

économique

AFP

Nigeria: un cas de coronavirus recensé

Nigeria: un cas de coronavirus recensé

AFP

Loin des paillettes, la dure réalité économique de Nollywood et de l'afropop nigériane

Loin des paillettes, la dure réalité économique de Nollywood et de l'afropop nigériane

AFP

Au Zimbabwe, les arbres énièmes victimes de la crise économique

Au Zimbabwe, les arbres énièmes victimes de la crise économique