mis à jour le

Soldats de l'armée algérienne à Krechba, dans le sud du pays, 14 Dec 2008, Zohra Bensemra / Reuters
Soldats de l'armée algérienne à Krechba, dans le sud du pays, 14 Dec 2008, Zohra Bensemra / Reuters

L’Algérie à un devoir d’intervention au Nord-Mali

Après avoir endigué la menace islamiste sur son territoire, Alger doit aller plus loin dans sa logique de lutte antiterroriste, en soutenant une intervention chez son voisin malien.

L’Algérie ne cesse d’étonner par ses positions sur la résolution de la crise au Nord Mali. Après avoir signifié à la communauté internationale qu’elle n’enverrait pas de soldats au Mali pour combattre les rebelles touareg, elle vient de renforcer le camp de ceux qui estiment que la négociation est la meilleure voie pour mettre fin à la crise.

En effet, son ministre des Affaires africaines et maghrébines, Abdelkader Messahel, a réaffirmé le 24 juin dernier, son attachement à une solution politique négociée de la crise au Nord Mali.

Rien ne justifie cette mollesse

On aurait compris cette position si elle venait d’un Etat qui n’a jamais eu affaire aux groupes rebelles ou terroristes et qui ne fait pas partie des pays du champ. Mais l’Algérie, on le sait, figure parmi ces pays.

Mieux, elle a combattu avec le fer et le feu, les terroristes et a réussi à les chasser vers d’autres pays dont le Mali. C’est dire qu’elle connaît suffisamment la dangerosité de ces groupes et les méthodes à employer pour les neutraliser.

Pourquoi donc freiner des quatre fers alors qu’elle constitue la puissance régionale qui a, non seulement les hommes, mais aussi les moyens, pour réduire au silence ces islamistes qui continuent à passer au laminoir les populations du Nord Mali?

Le fait que ces terroristes retiennent en otage son Consul et son personnel peut, certes, freiner l’élan d’Alger. Cependant, cela ne devrait pas justifier cette mollesse dont le pays de Bouteflika fait montre. On sait également que l’Algérie n’a jamais cautionné la présence d’une puissance étrangère, notamment française dans la sous-région.

Une attitude paradoxale

Mais encore une fois, ces raisons ne devraient aucunement expliquer l’attitude de l’Algérie. Au-delà du devoir d’assistance à un peuple en danger, elle devrait savoir qu’elle a un devoir d’implication active dans la résolution de la crise au Nord Mali.

A vrai dire, cette frilosité de l’Algérie est contraire à ses méthodes internes de lutte contre les groupes armés. Car elle continue d’user de la méthode forte pour empêcher toute velléité de prise d’armes pour revendiquer quoi que ce soit. Ceux qui contrôlent mal leur montée d’adrénaline sont envoyés ad patres ou dans les meilleurs des cas, jetés en prison sans autre forme de procès.

Comment comprendre qu’après avoir endigué le terrorisme chez elle par la manière forte, l’Algérie rechigne aujourd’hui à combattre les mêmes terroristes par les armes? Un adage africain enseigne que lorsque la case du voisin brûle, il faut lui apporter secours.

Alger se préoccupe peu de ses voisins

Manifestement, le pays d’Abdelaziz Bouteflika ne semble pas cautionner cet enseignement. Après avoir réussi à sécuriser ses frontières, il se préoccupe peu du sort de ses voisins. Que s’est-il donc passé pour que l’Algérie adopte une position qui tranche avec ses habitudes?

Ce n’est un secret pour personne, sous le règne du président malien déchu, Amadou Toumani Touré (ATT), l’Algérie était à l’avant-garde de la lutte anti-terroriste. L’on se souvient également de la position ferme qu’elle avait adoptée, avec la Mauritanie, sur les prises d’otages.

Pas de négociation, pas de rançon, avait-elle suggéré. Les chefs d’état-major des armées des pays du champ se rencontraient régulièrement à Alger pour élaborer des stratégies militaires aux fins d’anéantir les ambitions de ces groupes terroristes.

Puis, voilà que subitement, l’Algérie se contente, aujourd’hui, d’un service minimum. En tout cas, la position d’Alger renforce celle du médiateur et de Bamako, qui ne jurent que par le dialogue. Jusqu’à quand?

Dabadi Zoumbara (Le Pays)

A lire aussi

Une intervention militaire au Mali ne peut se faire sans l'Algérie

Mali: Le double jeu des touareg et des islamistes

Mali: Le dialogue est impossible avec Ansar Dine

Que peut-on vraiment négocier avec les islamistes d'Ansar Dine?

Et si Alger soutenait l'indépendance des Touaregs?

Aqmi: pourquoi l'Algérie reste incontournable (2/3)

Dabadi Zoumbara

Dabadi Zoumbara. Journaliste Burkinabé.

Ses derniers articles: Jeu de poker autour de Thierry Michel Atangana  Compaoré, un médiateur de plus en plus inquiet  Les héritiers africains de Ben Laden 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Algérie

AFP

Macron en Algérie pour "une nouvelle relation" apurée du passé

Macron en Algérie pour "une nouvelle relation" apurée du passé

AFP

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

AFP

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

Amadou Toumani Touré

paroles d'expert

Au Mali, la guerre n'est pas finie

Au Mali, la guerre n'est pas finie

Nord-Mali

L'opération Serval et les risques de guérilla

L'opération Serval et les risques de guérilla

Mali

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Le retour en grâce de Moussa Traoré