mis à jour le

Bénin: l'opposant Ajavon sera de nouveau jugé pour trafic de drogue

L'opposant politique et homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon sera de nouveau jugé, par un tribunal spécial, dans une affaire de trafic de drogue pour laquelle il avait été relaxé il y a deux ans, a constaté jeudi l'AFP lors d'une audience à Porto Novo.

Le prévenu, absent, était représenté par 10 avocats, qui ont dénoncé des "violations flagrantes" de ses droits devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), créée tout récemment.

Sébastien Ajavon a été convoqué moins d'une semaine avant l'audience "pour affaire le concernant", sans qu'il lui soit notifié s'il devait comparaitre en tant que témoin ou inculpé, selon la convocation que l'AFP a pu consulter.

Ses avocats ont découvert en arrivant jeudi à la Cour que leur client et trois autres prévenus étaient accusés de "trafic de drogue international à haut risque", infraction punie de 10 à 20 ans de prison, selon une récente loi béninoise.

"Comment peut-on convoquer les même gens pour les même faits lorsqu'ils ont déjà été jugés et relaxés?", s'est insurgé Me Marc Bensimhon, du barreau de Paris, devant la presse à la fin de l'audience de renvoi. "Je ne peux imaginer que la justice béninoise soit aux ordres du politique".

En octobre 2016, M. Ajavon qui a fait fortune dans l'agro-alimentaire, avait été arrêté après la découverte d'environ 18 kg de cocaïne pure d'une valeur estimée à 9 milliards de francs CFA (14 millions d'euros) dans un conteneur destiné à l'une de ses sociétés, avant d'être relaxé quelques mois plus tard faute de preuve et "au bénéfice du doute". 

Ce jugement de relaxe n'ayant fait l'objet d'aucune procédure en appel, la défense d'Ajavon estime qu'il est définitif. Or la Criet, qui a démarré ses activités fin août, est une juridiction séparée, qui a compétence pour juger en premier et dernier ressort, les flagrants délits liés au terrorisme, à la criminalité économique et au trafic de drogue.

Après 20 minutes de vifs débats entre le parquet et les avocats, le président de la Cour a décidé de renvoyer l'audience au 18 octobre, demandant aux prévenus de "comparaitre personnellement" et estimant qu'ils ne pouvaient se faire représenter par leurs avocats en leur absence. 

Candidat à la présidentielle de 2016, Sébastien Ajavon était arrivé troisième avec 23% des voix, avant de soutenir un autre homme d'affaires, Patrice Talon, qu'il a contribué à faire élire au second tour face à Lionel Zinsou.

Mais les relations entre les deux hommes se sont vite dégradées après la présidentielle, Sébastien Ajavon ayant été visé par la justice dans plusieurs affaires.

AFP

Ses derniers articles: Adolf Hitler est noir, et élu en Namibie  Cacao: les planteurs ivoiriens menacent de "boycott" les multinationales du chocolat  La Namibie frappée de sécheresse met en vente 170 éléphants 

drogue

AFP

Nigeria: derrière le scandale des "maisons de l'horreur", le fléau de la drogue

Nigeria: derrière le scandale des "maisons de l'horreur", le fléau de la drogue

AFP

Maurice: démission d'une ministre liée

Maurice: démission d'une ministre liée

AFP

Au Gabon, le "kobolo", nouvelle drogue et "star des lycées"

Au Gabon, le "kobolo", nouvelle drogue et "star des lycées"

juge

AFP

Afrique du Sud: le juge anti-corruption veut une enquête de police sur Zuma

Afrique du Sud: le juge anti-corruption veut une enquête de police sur Zuma

AFP

Afrique du Sud: Zuma réclame "un juge impartial" anti-corruption

Afrique du Sud: Zuma réclame "un juge impartial" anti-corruption

AFP

Maroc: le journaliste Omar Radi, détenu depuis fin juillet, chez le juge d'instruction

Maroc: le journaliste Omar Radi, détenu depuis fin juillet, chez le juge d'instruction

nouveau

AFP

Ethiopie: le Tigré tire de nouveau des roquettes en région voisine Amhara

Ethiopie: le Tigré tire de nouveau des roquettes en région voisine Amhara

AFP

Coups de canon et défilés militaires: John Magufuli prête

Coups de canon et défilés militaires: John Magufuli prête

AFP

Tanzanie: l'opposition appelle

Tanzanie: l'opposition appelle