SlateAfrique

mis à jour le

Algérie - Ces Africains subsahariens qui sont traités en esclaves

27 millions d’esclaves dans le monde en 2012. Un chiffre accablant révélé par un nouveau rapport sur la question. Notons que l'Afrique est l’un des continents les plus touchés par ce phénomène.

La presse algérienne a réagi à ce dernier classement. Et pour cause, le rapport 2012 du département d’Etat américain sur le trafic humain inscrit l’Algérie dans les 17 pays où les réseaux de trafics d'êtres humains sont les plus importants.

Parmi ces pays, on compte la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, Cuba, Guinée équatoriale, l'Erythrée, l'Iran, la Corée du Nord, le Koweït, la Libye , Madagascar, Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'Arabie Saoudite, le Soudan, le Yémen et le Zimbabwe.

«Le département d'Etat accuse l'Algérie de laxisme», titre à cet égard El Watan.

Le cas de trafics d'êtres humains en Algérie relèvent surtout des hommes et des femmes d’origine subsaharienne qui passent les frontières algériennes, souvent de manière illégale, pour rejoindre ensuite l’Europe.

«Certaines de ces femmes sont parfois contraintes à la prostitution», relaie le site d’information Algérie360.

Le rapport cite des «villages africains» autour de la ville de Tamanrasset où des femmes sont forcées à la prostitution et des hommes, pour la plupart originaires du Mali, sont obligés de travailler chez des habitants qui n'hésiteraient pas à confisquer leur passeport.

Le département d’Hillary Clinton estime que «le gouvernement algérien n’agit pas en conformité avec les normes minimales d’élimination de la traite des personnes et ne fait pas d’effort pour l’être».

Lu sur El  Watan, Algérie360, Département d'Etat américain

A lire aussi

Libérez les petites bonnes

La vidéo qui choque les Ethiopiens