SlateAfrique

mis à jour le

Ghana - Le scandale juridico-financier qui éclabousse le gouvernement Atta Mills

Au Ghana, l'homme d'affaires Alfred Agbesi Woyome, financier du National Democratic Congress (Congrès démocratique national - NDC), le parti de l'ex-président John Jerry Rawlings et de l’actuel président John Atta Mills, est sous les feux de l’actualité.

A l’origine, une affaire de paiement d’une dette par l’Etat pour la réhabilitation du Stadia dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football 2008.

L'Etat ghanéen estime, en effet, que le jugement qui a octroyé le paiement des 51 millions de cedis, soit 2 millions d'euros, à l’homme d’affaires est entaché de fraudes et d’irrégularités.

Le Daily Guide écrit que:

«Le financier du National Democratic Congress (Alfred Agbesi Woyome) a admis l’implication de certains membres clés du gouvernement dans ce jugement indigne de la saga de la dette, malgré les tentatives d’épargner des membres de l’administration Atta Mills dans cet imbroglio.

Dans sa déclaration à la police peu après son arrestation, M. Woyome a relaté la manière dont certains officiels du gouvernement Mills ont soutenu ses réclamations qui résultent du jugement pour le paiement d’une dette de 1,2 million de Cedis».

L’affaire qui remonte à 2010 a refait surface actuellement et embarrasse bien des membres du gouvernement Atta Mills.

Les Ghanéens, eux, et surtout les médias, y accordent un tel intérêt que tout le pays s’en passionne. L’Etat qui a été obligé de se montrer regardant dans la façon dont ce marché a été passé en son temps à Alfred Agbesi Woyome, a découvert qu’il s’agissait beaucoup plus d’un arrangement que d’un contrat en bonne et due forme.

A en croire The Chronicle:

«En outre, l’Etat cherche une déclaration pour balayer d'un revers le jugement consenti par la Cour sur le fait que M. Woyome n’a aucun contrat avec le gouvernement et par conséquent manque de mobile d’action et de possibilité de faire une réclamation à la Cour d’aucune juridiction compétente».

En attendant l’issue de ce que les Ghanéens appellent la «saga de la dette» d’Alfred Agbesi Woyome, il risque fort d'avoir du remue-ménage dans l’entourage du président John Atta Mills. Et cela, au moment où le pays accueille à Accra, la capitale, les jeux de la Communauté économique des Etats d’Afrique (Cédéao).

Lu sur Daily GuideThe Chronicle

A lire aussi

Ce Ghana qui déçoit

Ghana et Ethiopie, nouveaux «lions» de la croissance

Les parlementaires ghanéens vont toucher le jackpot