mis à jour le

RDC: nouveau raid des ADF près de Beni, un mort, 17 enlèvements

Une personne a été tuée et 17 enlevées lors d'un raid attribué au groupe armé d'origine ougandaise Allied democratic force (ADF) lundi soir contre Oicha dans l'est de la République démocratique du Congo, ont indiqué mardi des sources administratives et civiles.

Quatre maisons ont été incendiées et des chèvres et des poules volées lors de cet assaut deux jours après le massacre d'une vingtaine de personnes à Beni, à 30 km plus au sud, attribué par les autorités au "terrorisme" des ADF.

"La situation est paralysée à Oicha", a indiqué mardi un responsable administratif local Donat Kibwana. La plupart des commerces et les écoles sont fermés.

Ces nouvelles attaques de samedi et lundi suscitent la colère des habitants dans la région de Beni (Nord Kivu) où des centaines de civils ont été tués depuis octobre 2014 dans des massacres attribués aux ADF.

Lundi, les organisations de la société civile de Beni avaient décidé d'observer une grève générale "ville morte" jusqu'à vendredi. Des habitants dénoncent l'impuissance de l'armée congolaise et des Casques bleus de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) massivement présents dans la région.

"Pour autant qu'il y a encore des morts, pour autant qu'on n'a pas encore réussi à stopper les massacres, nous ne pouvons pas nous glorifier pour le travail qui est fait [...] Nous devons interroger nos méthodes, nous devons peaufiner nos stratégies", a reconnu le gouverneur du Nord-Kivu Julien Paluku sur la radio onusienne Okapi.

"L'action menée par nos forces et par les forces congolaises a permis d'éviter sans doute des drames plus importants à l'occasion", s'est défendu le commandant adjoint de la force onusienne, le général Bernard Commins, au sujet de l'attaque de Beni samedi soir où les assaillants sont arrivés tout près du centre-ville.

Mystérieuse nébuleuse, les ADF sont tenues responsables du massacre de plus de 700 civils à Beni et sa région depuis octobre 2014, en plus de la mort de 15 Casques bleus tanzaniens en décembre.

Il s'agit historiquement d'un groupe ougandais musulman qui s'est replié en 1995 dans l'est du Congo pour combattre le président ougandais Yoweri Museveni.

Après chaque attaque, il n'affiche ni leader ni revendication. Son affiliation à l'islamisme radical n'a jamais été établie.

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire/violences communautaires : 18 interpellations  Au sit-in de Khartoum, les récits glaçants des déplacés du Darfour  L'ONU nomme un coordinateur contre Ebola en RDC 

enlèvements

AFP

Enlèvements contre rançon: une alarmante propagation dans le nord du Nigeria

Enlèvements contre rançon: une alarmante propagation dans le nord du Nigeria

AFP

Enlèvements au Cameroun: trois otages libérés lundi en zone anglophones

Enlèvements au Cameroun: trois otages libérés lundi en zone anglophones

AFP

Enlèvements au Nigeria: poursuite des recherches

Enlèvements au Nigeria: poursuite des recherches

nouveau

AFP

Mali: protestation

Mali: protestation

AFP

Ebola en RDC: un centre de traitement de nouveau attaqué, un assaillant tué

Ebola en RDC: un centre de traitement de nouveau attaqué, un assaillant tué

AFP

Cameroun: Nouveau raid de Boko Haram dans l'Extrême-Nord

Cameroun: Nouveau raid de Boko Haram dans l'Extrême-Nord

raid

AFP

Raid aérien, "contre-offensive": l'escalade se poursuit en Libye

Raid aérien, "contre-offensive": l'escalade se poursuit en Libye

AFP

Nigeria: quatre morts dans un raid de Boko Haram sur un camp de déplacés

Nigeria: quatre morts dans un raid de Boko Haram sur un camp de déplacés

AFP

Nord-est du Nigeria: 5 morts dans un raid de Boko Haram contre un village

Nord-est du Nigeria: 5 morts dans un raid de Boko Haram contre un village