SlateAfrique

mis à jour le

Kenya - La Korean Air se frotte à «l'énergie primitive» des Kényans

  «Volez avec Korean Air  jusqu’à Nairobi et découvrez la grande savane africaine, les safaris, et les populations locales pleines d'énergie primitive».

Il n’en fallait pas plus pour provoquer l'ire des internautes kényans.

La compagnie Korean Air a eu ces mots malheureux à l'occasion du lancement d’une campagne de publicité pour sa nouvelle connexion aérienne directe entre la ville d’Incheon en Corée et la capitale kényanne Nairobi.

Peu après le lancement de leur nouvelle campagne, le twittos @Wvancleef a été l'un des premiers à réagir en postant la fameuse publicité sur le réseau social. 

 

Capture d'écran du tweet de @Wvancleef

 

Puis c'est le hashtag #primitiveenergy qui a été repris par de nombreux internautes kényans.

Certains ont d'abord exprimé, plutôt que de la colère, de l'amusement et parfois de la dérision.  

 

Capture d'écran 

D'autres étaient plus énervés comme le rappelle le journal en ligne kényan, Business Daily: 
«Vous feriez mieux de vous excuser vraiment. Nous ne sommes pas vraiment contents avec notre energie primitive», a écrit Nick Walubengo.
Certains ont vu dans cette référence à l'«énergie primitive» un commentaire raciste, d'autres une simple erreur de la part de Korean Air. 

Finalement la compagnie aérienne a décidé de retirer la publicité de son site internet quelques heures plus tard et surtout de s'excuser, en utilisant... Twitter. 
Capture écran compte Twitter @KoreanAir_KE

Quoi qu'il en soit, à partir du 21 juin, l'Asie sera reliée à l'Afrique de l'est trois fois par semaine par un vol direct. 

Et comme le rappelle l’AFP, c’est la deuxième fois que les internautes d’Afrique de l’est entrent en ébullition après un message malheureux. La semaine dernière, c’est un SMS du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy qui avait énervé les Ougandais

Lu sur Twitter, Business Daily

A lire aussi 

La colère des ougandais après le SMS du premier ministre Espagnol

Nairobi, capitale de l'humanitaire

Kenya - Quand Twitter sauve des chèvres