SlateAfrique

mis à jour le

Barack Obama n'a plus la cote dans le monde arabe

L’image de Barack Obama se dégrade à l’étranger et plus particulièrement dans les pays arabes.

C’est le résultat d’une étude publiée le 13 juin par le Pew Research Center, un think thank politique américain indépendant, et conduite auprès de la population de vingt-et-un pays dont l’Egypte, la Tunisie ou encore la Turquie, entre le 17 et le 20 mars 2012.

Pour le président américain, fini donc l’Etat de grâce qui avait suivi son élection et son discours du Caire de 2009 qui avait fortement contribué à améliorer l’image des Etats-Unis dans les pays arabes.

Aujourd’hui, le mécontentement se cristallise notamment autour d’un point particulier de la politique étrangère américaine: la lutte anti-terroriste et l’utilisation de drones pour les attaques.

En Tunisie, 72% des personnes interrogées désapprouvent la politique des attaques de drones. En Egypte, ils sont 89%. Les Etats-Unis font une utilisation massive de ces avions automatiques sans pilote pour viser des groupes armés au sol au Pakistan et en Irak, mais aussi en Afrique, en Somalie notamment.

Pire encore, le taux de popularité du président Obama a chuté de neuf points entre 2009 et 2012 dans les pays arabes passant de 33% à 24%.

L’image des Etats-Unis est encore plus écornée. Alors qu’en 2009, seuls 25% des personnes interrogées dans les pays arabes disaient avoir une opinion favorable envers le pays et ce qu’il représente. Trois ans plus tard, ils ne sont plus que 15%.

Aussi, alors que la plupart de la population mondiale se prononce en faveur de la réélection de Barack Obama pour un deuxième mandat notamment en Europe, les pays arabes font à nouveau exception. Une large majorité ne souhaite pas le voir réélu en 2012.

C’est donc la question du hard power américain, la force militaire et économique, qui est mise en avant pour expliquer le mécontentement des pays arabes. Le soft power américain, la force culturelle, scientifique et technologique, permet un peu d’inverser la tendance.

«Par exemple, la façon américaine de faire des affaires est particulièrement populaire dans le monde arabe —plus de la moitié des personnes au Liban (63%), en Tunisie (59%), en Jordanie (59%) et en Egypte (52%) ont dit aimé cet élément de l’image américaine», note le Pew Research center.

Il en est quasiment de même pour la culture américaine (musique, cinéma, télévision).

Lu sur Pew Research Center

A lire aussi

Obama, ou l’éloquence du velléitaire

Les démocraties africaines de Barack Obama

Obama dévoile sa stratégie pour l’Afrique